Quand et pourquoi la classe des samouraïs a-t-elle été abolie ?

Quand et pourquoi la classe des samouraïs a-t-elle été abolie ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Je sais que l'empereur Meiji a aboli la classe des samouraïs pendant la réforme. Pourquoi l'a-t-il fait ? Comment a-t-il été appliqué ?


Le serment de la Charte promulgué lors de l'intronisation de l'empereur Meiji du Japon le 7 avril 1868 comprend plusieurs parties qui identifient les raisons de la restructuration sociale radicale qui a suivi la restauration de Meiji et une indication des motivations de la dissolution de la classe guerrière qui avait été un caractéristique déterminante de la société japonaise.

  1. Les assemblées délibérantes sont largement convoquées et toutes les affaires d'État sont tranchées par la discussion publique ;
  2. Toutes les classes, hautes et basses, doivent s'unir en promouvant vigoureusement l'économie et le bien-être de la nation;
  3. Tous les responsables civils et militaires, ainsi que les les gens du commun, doivent être autorisés à réaliser leurs aspirations, afin qu'il n'y ait pas de mécontentement parmi eux;
  4. Les basses coutumes du passé seront abandonnées, et toutes les actions doivent être conformes aux principes de la justice internationale ;
  5. La connaissance sera recherchée dans le monde entier, et ainsi renforcera la base de la politique impériale.

La détermination à supprimer les « coutumes de base » du passé a conduit le nouveau gouvernement à démanteler l'ancien ordre social confucéen. Cela comprenait la suppression des restrictions et des privilèges qui avaient défini les classes des samouraïs, des paysans, des artisans et des marchands.

Au cours de l'été 1869, Tokyo reclassa officiellement la population en nobles, ancien samouraï et roturiers.

En 1871, le gouvernement de Tokyo a assumé la responsabilité de verser des allocations aux anciens samouraïs. Cela a immédiatement représenté près d'un tiers des dépenses du gouvernement. Cette obligation financière massive a créé une pression pour abolir complètement les subventions.

Malgré un soutien moins qu'universel parmi les nouveaux dirigeants, en 1873, le Daijō-kan (département d'État) a offert des obligations du gouvernement portant intérêt aux anciens samouraïs qui ont renoncé à leurs allocations. Trois ans plus tard, il a rendu cet échange obligatoire.

En 1876, les ex-guerriers ont été privés du droit de porter des épées.

Ces mesures de dissolution du domaine militaire coïncidaient avec la mise en place d'une armée de conscrits sur le modèle prussien et français. Le vice-ministre des Affaires militaires Yamagata avait vu l'efficacité de ces armées de première main en Europe et en 1873 a promulgué une ordonnance sur la conscription :

Par cette innovation les gouvernants et les gouvernés seront mis sur la même base, les droits du peuple seront égaux, et la voie sera dégagée pour l'unité du soldat et du paysan.

Cette mesure historique a été une étape majeure dans la privation du droit de vote du domaine des samouraïs et a considérablement renforcé l'autorité du régime en créant une force capable de faire face aux contre-coups et d'assurer la sécurité intérieure.

Citations et références de :

James L. McClain. Le Japon, une histoire moderne W.W. Norton & Co, 2002


… et comme Steven l'implique, je pense, le pouvoir des samouraïs s'est poursuivi dans l'armée japonaise. C'était l'une des raisons pour lesquelles l'armée n'avait aucun problème à faire tout son mal au nom de « l'empereur », tout en faisant tout ce qu'elle pouvait pour s'assurer que son opinion ne soit jamais autorisée à s'immiscer. Cela reflétait l'histoire japonaise précédente lorsque les empereurs étaient des marionnettes du shogun.


Cela semble s'être produit vers 1873, lorsque l'empereur Meiji a décidé de modifier sa structure militaire pour utiliser une armée de conscrits. Il tentait de moderniser le Japon en suivant les exemples qu'il avait vus en Angleterre et en Allemagne. La plupart des samouraïs se sont portés volontaires pour devenir soldats et beaucoup sont finalement devenus officiers dans la nouvelle armée japonaise modernisée. En éliminant les samouraïs, l'empereur tentait également d'éliminer les domaines féodaux qui avaient séparé le pays en différents domaines politiques, renforçant ainsi le soutien à son gouvernement centralisé.


Les samouraïs régneraient sur le Japon pendant la majeure partie des 700 prochaines années. En conséquence, l'importance des compétences martiales a diminué et de nombreux samouraïs sont devenus des bureaucrates, des enseignants ou des artistes. L'ère féodale du Japon a finalement pris fin en 1868, et la classe des samouraïs a été abolie quelques années plus tard.

  • I. La rectitude ou la justice. Le Bushido se réfère non seulement à la rectitude martiale, mais à la rectitude personnelle : la rectitude ou la justice, est la vertu la plus forte du Bushido.
  • II. Courage.
  • III. Bienveillance ou Miséricorde.
  • IV. Politesse.
  • V. Honnêteté et sincérité.
  • VI. Honneur.
  • VII. Fidélité.
  • VIII. Caractère et maîtrise de soi.

Les premiers samouraïs

Au cours de la période Heian (794-1185), les samouraïs étaient les partisans armés de riches propriétaires terriens&# x2013beaucoup d'entre eux ont quitté la cour impériale pour chercher leur propre fortune après avoir été exclus du pouvoir par le puissant clan Fujiwara. Le mot “samurai” se traduit approximativement par �ux qui servent.” (Un autre mot plus général pour un guerrier est 𠇋ushi,” d'où est dérivé le bushido, ce mot n'a pas la connotation de service à un Maître.)

Le saviez-vous? La richesse d'un samouraï du Japon féodal se mesurait en koku un koku, censé être la quantité de riz qu'il fallait pour nourrir un homme pendant un an, équivalait à environ 180 litres.

À partir du milieu du XIIe siècle, le véritable pouvoir politique au Japon s'est progressivement déplacé de l'empereur et de ses nobles à Kyoto aux chefs de clans sur leurs grands domaines du pays. La guerre de Gempei (1180-1185) a opposé deux de ces grands clans, les dominants Taira et Minamoto, dans une lutte pour le contrôle de l'État japonais. La guerre prit fin lorsque l'un des héros samouraïs les plus célèbres de l'histoire japonaise, Minamoto Yoshitsune, mena son clan à la victoire contre les Taira près du village de Dan-no-ura.


Le Japon expliqué FASAQ

Comme les Chinois, les Japonais croient que la force vitale (ki, chi en chinois) est centrée sur le ventre. Le choix de la façon la plus douloureuse et la moins rapide de mourir était aussi un peu macho à ce sujet.

Pourquoi harakiri est-il mort ?

Quelque part en cours de route, cela est devenu un acte politique autant qu'un acte personnel, et dès que le général Nogi a commis le seppuku après la mort de l'empereur Meiji, les gens ont risqué de se qualifier, ainsi que leurs familles, de fanatiques politiques en choisissant cette méthode extrême. Il y a aussi le problème pratique des épées qui sont tout aussi étroitement contrôlées que les armes à feu. Il faut également se rappeler que ce n'était qu'une très petite proportion de la société qui s'est suicidée (et a été autorisée à se suicider) par cette méthode, même à l'époque d'Edo.

Pourquoi les samouraïs avaient-ils leurs étranges coupes de cheveux ?

À l'origine, il était censé rendre le port du casque plus sûr et plus confortable, mais une fois que les personnes des classes inférieures ont été interdites de se faire huiler les cheveux à la manière d'un samouraï, il est devenu principalement un symbole de statut.

Pourquoi la coiffure topknot de samouraï a-t-elle disparu ?

Apparemment, la première impulsion pour couper le chignon (tout comme le début de porter des vêtements occidentaux et de manger de la nourriture occidentale) est venue de l'armée de conscription de la période Meiji qui a remplacé la classe des samouraïs. Comme le chignon ne rentrait pas sous les chapeaux et casques militaires de style occidental, il a dû être coupé. Cela s'est lentement propagé au reste du pays par une campagne gouvernementale visant à se débarrasser de toutes les traditions (également cracher, bain mixte, etc.) souffrir sous l'indignité des mêmes « traités inégaux » sur le commerce que les Japonais avaient imposés aux Coréens.


L'ascension du samouraï

Le gouvernement militaire établi par Minamoto Yoritomo était dirigé par un shogun, ou commandant en chef. Bien que les empereurs aient continué à régner de nom, le vrai pouvoir est passé aux shoguns.

Samouraï sous les shoguns

Portrait de Yoritomo, copie du rouleau suspendu original de 1179, attribué à Fujiwara Takanobu. Couleur sur soie. En 1995, Michio Yonekura a soutenu que ce portrait n'était pas celui de Yoritomo mais celui d'Ashikaga Tadayoshi. / Wikimedia Commons

Les shoguns, comme Yoritomo et ses successeurs, récompensent les guerriers, ou samouraïs, avec des nominations à des postes et des concessions de terres. En retour, les samouraïs se sont engagés à servir et à protéger le shogun.

La montée des samouraïs a apporté un nouvel accent sur les valeurs militaires dans la culture japonaise. Tous les samouraïs ont été formés aux arts de la guerre, en particulier le tir à l'arc. Pendant cette période, les femmes, ainsi que les hommes, pouvaient être des samouraïs. Les filles comme les garçons ont été entraînés à durcir leurs sentiments et à utiliser des armes. Un samouraï a écrit,

À quoi sert-il de permettre à l'esprit de se concentrer sur le
lune et fleurs, composez des poèmes et apprenez à jouer
instruments de musique? . . . Les membres de mon foyer, y compris
les femmes, doivent apprendre à monter des chevaux sauvages et tirer de manière puissante
arcs et flèches.

Loyautés changeantes

Shiba Yoshimasa du clan Shiba, l'un des Shugo-daimyo / Musuketeer, Wikimedia Commons

Au 14ème siècle, la société guerrière du Japon ressemblait au système seigneur-vassal de l'Europe médiévale. Le shogun régnait désormais avec l'aide de seigneurs guerriers appelés daimyos (DIE-mee-os). À leur tour, les daimyos étaient soutenus par un grand nombre de samouraïs. Les daimyos s'attendaient à être récompensés pour leur obéissance et leur loyauté par des terres, de l'argent ou des fonctions administratives. Les samouraïs attendaient la même chose des daimyos qu'ils servaient.

Au fil du temps, la position du shogun s'affaiblit à mesure que les daimyos devinrent de plus en plus puissants. Les Daimyos ont commencé à considérer leurs terres comme des royaumes indépendants. Les samouraïs se sont maintenant alliés avec leurs seigneurs daimyo.

À la fin du XVe siècle, le Japon tomba dans le chaos. Les Daimyos se sont battus les uns contre les autres pour la terre et le pouvoir. Les samouraïs ont mené des batailles féroces au nom de leurs seigneurs.

Après un siècle de guerre sanglante, une série de généraux qualifiés ont vaincu les daimyos rivaux et rétabli un gouvernement militaire fort. En 1603, le dernier de ces chefs, Tokugawa Ieyasu (TAW-koo-GAHwah EE-yeh-YAH-soo), devint shogun. Tokugawa a établi une nouvelle capitale à Edo, l'actuelle Tokyo.

Pendant les 250 années suivantes, le Japon était en paix. Les samouraïs servaient sous les shoguns et administraient le gouvernement. C'est à cette époque que l'idéal du samouraï s'épanouit pleinement. Regardons maintenant le mode de vie des samouraïs.


ARTICLES LIÉS

La période Edo avait vu le gouvernement militaire féodal du shogunat Tokugawa gouverner le Japon pendant plus de 250 ans et la mise en place d'un système de castes sociales rigide qui placerait les samouraïs au sommet.

Mais Edo, ou Tokyo moderne, était sur le point de tomber et l'empereur Meiji allait prendre le pouvoir, marquant le début de la fin pour les samouraïs, ou bushi comme on les appelait aussi.

Les samouraïs sont originaires de la période Heian remontant à 710 et en particulier des campagnes pour soumettre les Emirishi indigènes dans la région de Tohuku au nord de Honshu.

Dernier hourra : un groupe du clan Satsuma est photographié pendant la guerre de Boshin en 1868, peu de temps avant la disparition du samouraï

Respect : Deux guerriers participent à une cérémonie traditionnelle de samouraï. Les samouraïs étaient liés par un ensemble de règles d'influence confucéenne connues sous le nom de bushid¿

Au fil des siècles, ils sont devenus de plus en plus puissants et sont finalement devenus la « noblesse guerrière » du Japon, constituant la classe dirigeante du XIIe au XIXe siècle environ.

Les samouraïs suivaient un ensemble de règles d'influence confucéenne connues sous le nom de bushidō - littéralement « la voie du guerrier ».

Le code non écrit et tacite mettait l'accent sur la frugalité, la loyauté, la maîtrise des arts martiaux et l'honneur jusqu'à la mort.

Mais le code a également évolué pour mettre l'accent sur la bravoure héroïque, la fierté familiale féroce et le dévouement désintéressé, parfois insensé, du maître et de l'homme.

Rituel : un groupe de samouraïs photographié prenant part à un suicide cérémonial connu sous le nom de harakiri, une partie du code du bushido qui a vu des guerriers éventrées tomber avec honneur plutôt que d'être vaincus par leur ennemi

Au cours des XVe et XVIe siècles, il y avait de nombreuses factions belligérantes, mais les guerres ultérieures ont diminué en nombre.

LA VOIE DU GUERRIER : LES TRADITIONS DU SAMURAI

Les traditions des samouraïs se sont développées sur plus d'un millénaire et sont profondément ancrées dans la société japonaise.

Les samouraïs étaient la noblesse militaire du Japon pré-industriel.

Les samouraïs suivaient un ensemble de règles connues sous le nom de bushidō - littéralement « la voie du guerrier ».

Le code non écrit et tacite mettait l'accent sur la frugalité, la loyauté, la maîtrise des arts martiaux et l'honneur jusqu'à la mort.

Mais le code a également évolué pour mettre l'accent sur la bravoure héroïque, la fierté familiale féroce et le dévouement désintéressé, parfois insensé, du maître et de l'homme.

Les redoutables guerriers portaient une armure de plaques et une vaste gamme d'armes, notamment l'arc et les flèches, des lances, des fusils et, bien sûr, l'épée de samouraï.

Mais comme la paix semblait durer pendant la période Edo, beaucoup sont devenus des enseignants, des artistes ou des bureaucrates car le besoin de compétences martiales est devenu moins important.

Et lorsque l'empereur Meiji est arrivé au pouvoir en 1868, il a commencé à abolir les pouvoirs du samouraï.

Premièrement, il leur a retiré le droit d'être la seule force armée au Japon et a commencé à introduire une armée de conscrits de style occidental à partir de 1873.

L'une des images de la collection montre une partie de la faction Satsuma des samouraïs combattant dans l'un de ses derniers hourras en 1868, la guerre de Boshin - une tentative de rendre le pouvoir politique à la cour impériale.

Le samouraï est devenu le shizoku, fusionnant avec une autre classe sociale sous les réformes Meiji et le droit de porter un katana (épée) a été perdu ainsi que le pouvoir d'exécuter quiconque leur manque de respect en public.

Le nom shizoku a continué à faire partie de la culture japonaise jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais a été interdit en 1947.

Bien que les samouraïs ne représentent pas plus de 10 pour cent de la population japonaise à son apogée, son influence est toujours fortement visible dans la culture japonaise, en particulier les arts martiaux modernes.

Condamné: un guerrier samouraï agenouillé a naturellement l'air maussade alors qu'il est sur le point de participer à une cérémonie rituelle de suicide

LA CAPACITÉ DE TUER EN UN SEUL MOUVEMENT - POURQUOI LES SAMURAI FAVORISENT L'ÉPÉE

L'épée de samouraï, ou katana, se caractérise par son apparence distinctive : une lame incurvée, mince, à un seul tranchant avec une garde circulaire ou carrée et une longue poignée pour accueillir deux mains.

Il a été historiquement associé aux samouraïs du Japon féodal et est devenu réputé pour sa netteté et sa force.

L'épée date d'avant 900 et aurait gagné en popularité parmi les samouraïs en raison d'un changement dans la nature du combat rapproché.

Traditionnel : Une épée de samouraï

Le katana, porté dans une forme de ceinture connue sous le nom d'obi, et la lame de l'épée tournée vers le haut, signifiait qu'en théorie un guerrier pouvait s'armer et frapper un adversaire en un seul mouvement rapide.

Une réponse rapide à une attaque signifiait souvent la différence entre la vie et la mort.

Les épées, qui mesurent traditionnellement environ 70 cm de long, sont traditionnellement fabriquées à partir d'une forme d'acier japonais spécialisé appelé Tamahagane.

L'acier est créé à l'aide d'un processus de fusion qui se traduit par plusieurs niveaux de concentrations de carbone différentes.

Le polissage de la lame du katana prend entre une et trois semaines.

La production des épées a été interdite en 1945 mais a repris sous restrictions en 1953.


La pauvreté des samouraïs

Mis à part les vagabonds ronin sans maître, la classe des samouraïs n'est généralement pas associée à la pauvreté. Cependant, le fait qu'ils étaient au sommet de la pyramide alimentaire du Japon féodal ne signifiait pas nécessairement qu'ils contrôlaient de vastes quantités de richesses. Selon le Japan Times, les shoguns Tokugawa de la période Edo (1603-1867) ont estimé que ce qu'ils appelaient danihoshoku ("vêtements chauds et beaucoup de nourriture") serait préjudiciable à la société, et ont commencé à pousser vers des attitudes stoïques dans toutes les classes japonaises. . Cette poussée était si efficace que de nombreux Japonais ne pouvaient pas comprendre ou essayaient d'éviter l'argent, et les samouraïs en particulier ont pris à cœur les principes Tokugawa, au point qu'ils ont commencé à considérer l'argent comme trop "souillé" pour jouer avec.

L'historien Kozo Yamamura écrit que la plupart des érudits s'accordent sur la pauvreté croissante parmi les samouraïs à cette époque, mais l'étendue réelle de leur misère supposée est en grande partie incertaine et peut avoir été influencée par l'image moderne de l'humble et noble samouraï. Yamamura ne démystifie pas carrément le concept du samouraï appauvri d'Edo, mais note que la "pauvreté croissante" pourrait être due à un certain nombre de raisons économiques, de la richesse des autres classes augmentant plus rapidement que celle de la classe des samouraïs à la "pauvreté psychologique, " où les samouraïs se sont tellement habitués à leur pouvoir et à leur richesse que leurs attentes en matière de revenus ont dépassé leur revenu réel.


Quand et pourquoi la classe des samouraïs a-t-elle été abolie ? - Histoire

Un guide des gouvernements samouraïs, 1185-1868

1185-1333 — Gouvernement de Kamakura

La caractéristique la plus importante de la période médiévale est que les samouraïs (guerriers-administrateurs) ont remplacé le gouvernement de la cour dans la gestion du gouvernement local.

Parce que le gouvernement de la cour n'avait pas de force de police, des bandes de samouraïs ont pris le pouvoir lorsque le gouvernement de Heian a négligé l'administration des provinces. La force des samouraïs reposait sur une forte loyauté et discipline de groupe. Ces bandes géraient de vastes étendues de terres rizicoles dans l'est du Japon, autour du Tôkyô moderne.

En 1185, un nouveau gouvernement fut fondé par la famille Minamoto à Kamakura, au sud de l'actuelle Tôkyô. En 1192, Minamoto Yoritomo reçut le titre de « shôgun » pour signifier son contrôle militaire sur le pays. Alors qu'il suivait les lois du gouvernement Heian, le gouvernement Kamakura était dirigé par un réseau de samouraïs dans tout le pays, promis de maintenir la paix. Puisqu'ils exerçaient un pouvoir réel sur place, ils purent s'emparer des terres de riches propriétaires terriens aristocratiques et ainsi affaiblir encore le gouvernement Heian à Kyôto. Peu à peu, les samouraïs ont pris l'initiative de développer la loi de la nation.

Les invasions mongoles, la seule invasion militaire du Japon avant la Seconde Guerre mondiale, ont eu lieu pendant cette période. Khubilai, Grand Khan des Mongols, envahit la Chine et en 1263 devint empereur de Chine. Il poussa sa conquête au Japon. En 1274 et 1281, les Mongols et les Chinois menèrent de grandes expéditions à travers les mers vers le sud-ouest du Japon. Les samouraïs de Kyûshû étaient largement dépassés en nombre et techniquement défavorisés. En 1274, une grande tempête éclata qui détruisit ou mit à la mer toute la flotte d'invasion. En 1281, après 50 jours de lutte acharnée, les Japonais sont à nouveau sauvés par une grande tempête. Ces tempêtes sont devenues connues sous le nom de kamikaze, vents divins. (Plus de 650 ans plus tard, lors de la deuxième invasion du Japon par l'Amérique, les pilotes suicide protégeant les îles étaient également appelés kamikazes). Les tentatives mongoles d'envahir le Japon ont uni les Japonais contre une force extérieure pour la première fois dans l'histoire. Les prêtres shintoïstes, impliquant les divinités du pays pour la protection, ont été richement récompensés.

1336-1573 — Gouvernement Ashikaga

En 1333, le shogunat de Kamakura perd le contrôle du pays au profit d'une famille de samouraïs rivale, la famille Ashikaga. Le shogunat Ashikaga a ramené la capitale à Kyôto, mais n'a pas été en mesure d'exercer autant de contrôle sur les différentes provinces que le gouvernement de Kamakura. Dans la campagne environnante, les daimyô (barons provinciaux) dirigeaient le peuple et se battaient souvent les uns contre les autres pour des revendications territoriales. Les daimyô construisirent des gouvernements bureaucratiques dans chaque province et tentèrent de soumettre tous les éléments de la société à leur régime militaire. Le pouvoir local était plus développé qu'auparavant, mais le gouvernement central représenté par le shôcircgun était faible.

1600-1868 — Gouvernement Tokugawa

En 1600, l'une des puissantes familles militaires, les Tokugawa, réussit à prendre le contrôle militaire de tous les daimyô locaux. Les Tokugawa ont créé un gouvernement militaire bureaucratique beaucoup plus fort à Edo, maintenant nommé Tôkyô. Il contrôlait « directement ou indirectement » tous les éléments de la société, tels que les secteurs agraire et commercial.

Le gouvernement a légalement différencié quatre classes de la société : les samouraïs, les agriculteurs, les artisans et les marchands. Comme il s'inquiétait d'une éventuelle rébellion des samouraïs (il avait emporté les armes de toutes les autres classes), le gouvernement Tokugawa fit vivre les daimyô une partie du temps à Edo, la nouvelle capitale militaire, et laissa leurs familles à Edo en otages chaque fois que ils retournèrent dans leurs domaines. Edo est devenu un centre urbain géant parce que tant de gens sont venus gagner leur vie en approvisionnant l'énorme population de samouraïs. En 1700, environ un million de personnes vivaient à Edo. Avec le temps, les marchands d'Edo fournissant l'armée sont devenus plus riches que les samouraïs, dont beaucoup vivaient dans la pauvreté. Lorsque le commodore Perry est venu des États-Unis au Japon en 1853 à la recherche de relations commerciales, de nombreux groupes de la société étaient prêts à des changements dans les anciens systèmes juridiques et économiques. La période féodale du Japon a pris fin peu de temps après avec la restauration Meiji en 1868.


Quand et pourquoi la classe des samouraïs a-t-elle été abolie ? - Histoire

Le 8 juillet 1853, quatre navires de guerre américains dirigés par le commodore Matthew C. Perry de la marine américaine ont créé un blocus dans la baie d'Edo. Ils sont venus ouvrir la frontière japonaise et mettre fin à leur isolement, que le gouvernement japonais le veuille ou non. Avec le blocus, il était impossible pour les Japonais de faire entrer ou sortir de la nourriture ou des fournitures d'Edo par les routes côtières, dont ils dépendaient fortement. De plus, la puissance militaire et la technologie des armes de Perry étaient bien plus supérieures à celles du Japon. Les armes à feu du Japon sont restées très inchangées au cours des trois derniers siècles. Les samouraïs qui constituaient la principale force militaire, préféraient se battre avec des épées et des flèches. En conséquence, le Japon a été contraint d'ouvrir ses frontières avec l'Amérique, mettant ainsi fin à son isolement. C'est cet événement, souvent appelé « kurofune ou voiles noires », qui a fait prendre conscience au Japon de la nécessité de se moderniser, ainsi que la chute des Tokugawa et l'ascension de l'empereur Meiji, qui ont entraîné la chute des samouraïs.

Image tirée de http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Toba-Fushimi

Afin de créer une armée plus moderne, l'empereur Meiji a supprimé de nombreux privilèges dont jouissaient les samouraïs pendant les Tokugawa. Ils ont été rejetés en tant que seule armée du Japon et ont été remplacés par une armée de conscription de style occidental. Les samouraïs ont perdu beaucoup de leur statut social et ont perdu le droit exclusif de porter des épées ou d'attaquer les roturiers pour manque de respect. Les Daimyos ont perdu le contrôle de leur région locale en échange d'élus et de bureaucrates. De nombreux samouraïs ont fini par rejoindre l'armée ou, en tant que rares personnes alphabétisées au Japon, sont devenus des fonctionnaires, ou ont étudié à l'étranger et sont devenus une élite universitaire. Cependant, après la fin de la restauration Meiji, les samouraïs étaient officiellement tombés et ne contrôlaient plus exclusivement la scène militaire et politique du Japon.


1er janvier 1100 - Féodalisme japonais

Le féodalisme japonais était un système social, politique et économique au Japon qui a duré du 11ème siècle jusqu'à sa disparition éventuelle au 19ème siècle. Ce système a été structuré de manière très similaire au système de féodalité en Europe vu plus tôt. Dans la féodalité japonaise, la structure ou la hiérarchie du pouvoir était déterminée par les nombreuses classes sociales différentes, où le pouvoir était reflété et représenté par le titre et le statut social.

La première classe de cette pyramide féodale était l'empereur. Bien que les empereurs soient au sommet de la pyramide, ils n'étaient rien de plus que des figures de proue, ou des personnes qui avaient peu ou pas de pouvoir politique. La classe en dessous de l'empereur était le shogun, qui faisait partie de la division guerrière des classes au Japon. Bien que le shogun n'était techniquement pas le chef officiel, il détenait plus de pouvoir que l'empereur et servait de véritable cerveau derrière les actions de l'empereur. Le pouvoir et l'influence de ces shoguns étaient immenses et se manifestaient par la manipulation de l'empereur. L'empereur n'était qu'une marionnette du jeu et de l'ambition du shogun.

En plus du shogun, le reste de cette classe de guerriers était composé de diamyo, de samouraï et de ronin. La responsabilité du daimyo était d'assister le shogun et était responsable de l'emploi des samouraïs et de la protection que ces samouraïs fournissaient aux classes supérieures de la pyramide féodale. Le devoir du samouraï était de protéger et de défendre le territoire et la terre des daimyo contre les daimyo rivaux. Après le diamyo vinrent les ronin, qui étaient aussi des guerriers samouraïs, mais n'avaient pas de daimyo pour qui travailler. Ce statut de ronin pourrait se produire pour de multiples raisons. Un samouraï pourrait devenir un rônin si son maître mourait. De plus, les samouraïs pouvaient devenir un rônin si leur maître perdait le pouvoir et qu'ils étaient expulsés.

Viennent ensuite les paysans. Dans le Japon féodal, les paysans représentaient près de 90 % de la population et étaient généralement des agriculteurs et des pêcheurs. L'idée de la force du nombre est vraiment entrée en jeu lorsqu'on parle des paysans du Japon féodal. Bien qu'ils se trouvaient près du bas de la pyramide et jouaient apparemment un petit rôle dans la société, leur valeur était énorme pour la poursuite de ce système féodal et la survie du Japon également. Ces paysans dépendaient de leur nourriture et de leur travail. Sans ce groupe de personnes, il n'y aurait vraiment aucun soutien pour l'ensemble du système, encore moins le sommet de la pyramide. Enfin, au bas de la pyramide féodale se trouvait la classe des artisans et marchands. Cette classe se composait d'artisans et de commerçants qui travaillaient pour gagner leur vie en essayant de vendre et de perfectionner leur métier. Même si ces deux classes étaient au bas de la pyramide, elles jouaient toujours un rôle dans la diffusion de la culture représentée par l'art et certains métiers. Toutes ces différentes classes sociales peuvent sembler complètement différentes, mais en réalité elles sont essentielles les unes aux autres. Sans l'une de ces classes, l'équilibre de ce système est complètement compromis. Chaque classe ne peut exister sans les autres et le soutien qu'elles apportent.

À bien des égards, ce système de féodalité était similaire au féodalisme en Europe et n'était différent que d'un point de vue culturel. Un excellent exemple des nombreuses similitudes entre les deux systèmes était les chevaliers et les samouraïs. Ces deux types de guerriers avaient pratiquement les mêmes concepts de protection de leurs chefs et de tout ce qui était en leur pouvoir pour servir leur pays. Dans le cas du Japon, le chef qui était protégé était le shogun, et en Europe le seigneur féodal était protégé par des chevaliers. De plus, ils ont tous deux suivi un seigneur féodal et ont été divisés en différents territoires qui se sont battus pour le pouvoir.

Enfin, la féodalité japonaise a pris fin brutalement lorsqu'il n'y avait pas assez de ressources pour nourrir cette population croissante. Le féodalisme japonais est important dans l'histoire du monde parce que ce système a conduit à une politique de pays fermé et à un Japon isolé. Au lieu d'explorer le monde qui les entourait avec les ressources dont ils disposaient, le Japon restait isolé et avait un contact minimal avec des sources extérieures. Il est étonnant qu'à une époque remplie de découvertes et d'explorations, le Japon ait sauvé et préservé ce qui rendait son pays et sa culture spéciaux et ait essayé de ne pas ternir ce qu'il croyait être le mode de vie idéal. De plus, il est important d'analyser les effets de ce système en pensant à ce que serait le monde aujourd'hui si ce système n'existait pas et si le Japon ne s'isole pas à cause de lui. Dans l'ensemble, lorsque les différentes classes se sont réunies, un système hautement efficace, efficace et puissant a été formé qui a fait ses preuves tout au long de l'épreuve du temps au Japon.


Voir la vidéo: NK Omotunde Esclavage u0026 Fake News Focus Canal 10


Commentaires:

  1. Metaxe

    Je félicite, je pense que c'est la pensée admirable

  2. Eyou

    Je veux dire que vous vous trompez. Entrez, nous en discuterons. Écrivez-moi en MP, on en parlera.

  3. Torhte

    Bravo, c'est juste une belle phrase :)

  4. Maugul

    Je ne peux pas être en désaccord avec vous.

  5. Torrance

    C'est juste un sujet inégalé :)

  6. Eder

    Excusez, que j'interfère, mais je suggère d'aller un autre par.

  7. Hayward

    Il y a quelque chose à ce sujet, et c'est une excellente idée. Je suis prêt à vous soutenir.



Écrire un message