Programme de télévision aux heures de grande écoute de 1968 - Histoire

Programme de télévision aux heures de grande écoute de 1968 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Programme de télévision aux heures de grande écoute de 1968 - Histoire

CBS a commencé à diffuser son tarif enfant du samedi matin à une heure plus tôt, à 8h00, grâce à un public croissant de baby-boomers à la recherche de sensations fortes à bas prix. Les autres réseaux ont emboîté le pas peu après.

Les super-héros avaient chaud le samedi depuis quelques années, Superman a marqué de gros chiffres pour CBS en 1967, alors cette année, il a été associé aux aventures animées de Homme chauve-souris. ABC Homme chauve-souris la série live-action aux heures de grande écoute était toujours en cours, donc Batman avait deux émissions sur deux réseaux.

Hanna-Barbera et quelques autres studios d'animation plus petits ont produit une gamme incroyable de bonbons pour l'esprit inspirés des bandes dessinées pour 1968-69, dont certains sont vraiment bons.

Bien que les émissions produites par Hanna-Barbera aient dominé la matinée sur les trois réseaux, Les Archies fait de Filmation une force avec laquelle il faut compter pour les deux prochaines décennies.


par Billy Ingram

8:00

Go-Go gaufres
/ CBS
(début)
Dessin animé vraiment amusant mettant en vedette des personnages des créateurs d'Underdog. Voix de Sandy Becker, George S. Irving et
Kenny Delmar.

8:30

Lapin aux insectes
/ Coureur sur route /
SCS
(début)
Ce nouveau format d'une heure sur CBS a fonctionné jusqu'en 1973. Bugs Bunny a joué dans une série solo du samedi sur ABC de 1962 à 1967 avant de passer au dimanche matin en 1967-68.

Sur CBS, Bugs a partagé la vedette avec les dessins animés de Road Runner - cet appariement est resté populaire pendant des décennies.

9:30

Des courses farfelues / SCS
(début)

Hanna-Barbera a marqué un autre succès de longue durée qui a conduit à deux retombées en 1969 qui étaient essentiellement la même émission avec les mêmes intrigues et personnages.

En vedette les voix immortelles de Paul Winchell (Dastardly et Mutley), Janet Waldo (Penelope Pitstop), Don Messick (Peter Perfect) et Mel Blanc (The Ant Hill Mob).

Afin d'éviter les situations violentes, le dessin animé de course est né.

10:00


Ce fut l'un des dessins animés les plus populaires de l'époque, l'émission numéro un du samedi pour 1968-69. Grâce au succès de ce succès et d'autres succès de CBS samedi, le directeur de la programmation Fred Silverman s'est vu confier le poste de programmeur aux heures de grande écoute.

Howard Morris (Ernest T. Bass sur 'The Andy Griffith Show') a fourni les voix de Moose, Hot Dog et Jughead. Jane Webb a exprimé Betty, Veronica, Sabrina et Miss Grundy.

Les airs d'Archie ont atteint les charts pop en 1969 («Sugar, Sugar» a atteint le numéro un) et ont inspiré une multitude d'autres dessins animés sur le thème de la musique le samedi pour les années à venir. Ron Dante a chanté les chansons en tant qu'Archie.

Archie a été diffusé le samedi jusque dans les années quatre-vingt.

10:30

L'heure de l'aventure Batman / Superman / CBS
(début)
Superman est apparu le samedi matin en premier (1966 et 1967), mais Batman avait une émission aux heures de grande écoute sur ABC, il a donc obtenu la première place.

11:30

Herculoïdes / CBS
Rediffusions de l'étrange inutilité galactique de Hanna-Barbera. Parti après cette année.

12:00

12:30

Jonny Quête / CBS
Des rediffusions toujours populaires de la passionnante série d'aventures Hanna-Barbera aux heures de grande écoute qui n'a duré qu'une seule saison à l'origine.

1:00

Moby Dick & amp Puissant Mightor / CBS
Deuxième année pour les aventures Hanna-Barbera du garçon des cavernes, Tor devient Mighty Mightor lorsqu'il lève sa massue et maudit les cieux. Si seulement c'était aussi simple !

Vu dans des segments séparés - Tom, Tub et leur baleine de compagnie Moby. Nager avec les baleines est désormais illégal.

CBS obtenait d'énormes cotes d'écoute le samedi matin, alors ils ont prolongé leur programme kidvid d'une heure à chaque fin de la matinée.

1:30
Ranger solitaire
/ CBS
Rediffusions de l'année dernière, de Format Films. The Lone Ranger et Tonto ont été impliqués dans des aventures bizarres avec un éventail aléatoire de robots, d'extraterrestres et de méchants comme The Black Widow exprimé par Agnes Moorehead.

Souvent préempté par les stations locales.



Aquaman pourrait être
vu sur CBS dimanche
le matin de 9h30 à 10h00.

:1968 Publicités :

Frito Bandito

8:00
Programmation locale / ABC

(Souvent Tarzan films, Popeye les dessins animés, Notre bande et Trois Stooges shorts.)

9:00

Casper / ABC
Si vous ne savez pas qui est Casper, n'hésitez pas !

Casper est apparu sur ABC en 1963 avec de nouvelles aventures animées, c'était la dernière saison des rediffusions.

Casper the Friendly Ghost a commencé à la télévision en 1950 avec des diffusions d'une série de courts métrages théâtraux populaires des années quarante.

9:30

Les Aventures de Gulliver / ABC (début)

Ginny Tyler a également fourni la voix Flirtacia dans ce dessin animé basé sur le roman de Jonathan Swift. 17 épisodes ont duré deux ans.

10:00

Homme araignée / ABC
Une deuxième saison rare de nouveaux épisodes, commençant par "Origin of Spiderman". Les histoires de 1968-69 duraient maintenant 30 minutes, la saison dernière, il y avait deux épisodes de 15 minutes par émission.

Une troisième saison a été produite pour la syndication - la série avait la même chanson thème, mais le spectacle a pris un look et une attitude plus sombres avec des arrière-plans aquarelles surréalistes (par l'artiste DC Gray Morrow) et un nouveau gars jouant la voix de Spidey. Ralph Bakshi a produit la troisième saison.

11:00

Voyage au centre de la terre / ABC
(début)
Saison 2 avec les voix de Pat Harrington, Jr. ("Un jour à la fois"), Ted Knight et Jane Webb.

11:30

Les quatre Fantastiques / ABC
Deuxième saison, rediffusions de l'année précédente. Ce spectacle a été déplacé au dimanche en 1969.

La plupart des histoires étaient étroitement basées sur les premières aventures de bandes dessinées de Stan Lee / Jack Kirby, ce qui en faisait sans doute l'une des meilleures adaptations de bandes dessinées télévisées à ce jour, même si l'animation normalisée Hanna-Barbera était au mieux juste.

Les intrigues de bandes dessinées comprenaient The Red Ghost, Invasion Of The Super Skrulls, Galactus, It Started On Yancy Street et plus encore.

12:00

Georges de la jungle / ABC
Deuxième saison de rediffusions, George a rejoint la programmation du dimanche matin en 1969, puis est revenu au samedi au début des années 1970.

Aussi vu - 'Super Chicken' et 'Tom Slick'.

12:30

Kiosque américain / ABC
Les invités de cette saison comprenaient Freddy Weller, The Four Seasons, Johnny Nash, The Association et Sandy Nelson. Commercial pour
Bâtonnets de nourriture de l'espace
:

1:30

Événement / ABC
Également connu sous le nom de 'It's Happening' 'Happening '68' et 'Happening '69', similaire à une série de 1965, "Where the Action Is."

Débutant en janvier 1968, cette émission musicale (produite par Dick Clark) suivait « American Bandstand » le samedi. Cela signifiait que ce programme était vu six jours par semaine à l'été 68 - une demi-heure de rock et de bikinis.

Hébergé par Paul Revere et Mark Lindsay, les invités comprenaient Paul Revere's Raiders, The Monkees, Don Adams, Don Rickles, Linda Ronstadt, Todd Rundgren et Bobby Hatfeild.

Des groupes locaux ont également été vus dans des compétitions hebdomadaires avec des juges invités célèbres. Il n'y a jamais eu d'autre émission musicale nationale comme "Happening", un point lumineux de la télévision en 1968. Publicité inspirée de Peter Max pour 7-Up :

Le major Matt Mason était un jouet populaire en 1968 :

9:00

Super 6 / NBC
La deuxième année a duré trois ans - des aventures appréciées de six bienfaiteurs surpuissants disponibles à la location auprès de Super Service, Inc.

9:30

Top Chat / NBC
Une autre saison de répétitions de la série Hanna-Barbera aux heures de grande écoute 1961-62. Le personnage de sitcom populaire 'Sgt. Bilko' était l'inspiration. Arnold Stang (illustré) était la voix de Top Cat.

C'était l'une des trois anciennes séries H-B diffusées aux heures de grande écoute le samedi - pouvez-vous repérer les deux autres ?

10:00

Pierrafeu / NBC
Cette série animée classique aux heures de grande écoute a été interrompue en 1966 et est rapidement passée au samedi matin pour trois ans de rediffusions.

10:30

Banane Split
/NBC
(début)
Spectacle de variétés d'une heure animé par des personnages costumés du parc à thème exprimés par Paul Winchell, Allan Melvin, Daws Butler et Don Messick.

Naturellement, ils ont formé un groupe de bubble gum rock avec des chansons comprenant "Wait till Tomorrow" et "I Enjoy Being a Boy".

Les segments de dessins animés se sont déroulés entre les bouffonneries des Banana Splits - Les Trois Mousquetaires, Les Ours Hillbilly, Mille et Une Nuits et Micro Venture.

'Danger Island' (une série d'action en direct) a également été vue, avec Frank Alletter ('It's About Time') et l'idole des adolescents Jan Michael Vincent ('Airwolf') qui a eu une carrière d'acteur enfant dans les années 60 avec une chaîne de a frappé les films Disney.

C'était l'émission du samedi matin la plus chère à ce jour. Produit par Hanna-Barbera, c'était leur première tentative d'action en direct et le seul point positif du programme perdant de NBC samedi.

11:30

Underdog / NBC
"Quand Polly a des ennuis, je ne suis pas lent - c'est Hip, Hip, Hip et c'est parti!"

Underdog a fonctionné de 1964 à 1973, la plupart de ces années sur NBC.

A voir également : Le monde du commandant McBragg et Klondike Kat avec Savoir Faire, une souris française poursuivie par Klondike. "Le savoir faire est à tout faire !"

Homme-oiseau / NBC
Birdman de Hanna-Barbera a été vu en répétition à partir de 1967. Cette émission a été conçue à l'origine comme une entrée aux heures de grande écoute.

Carrés de contes / NBC
Une version junior du populaire jeu télévisé de jour NBC "Hollywood Squares" avec des enfants comme concurrents.

Dans cette variante, des célébrités invitées sur le tableau géant aux pieds nus se sont déguisées en personnages de livres de contes. Ils comprenaient Paul Lynde (qui s'est habillé une fois comme la méchante reine de Blanche-Neige), Marty Allen (comme Tarzan), Rip Taylor (comme Custer), Kaye Ballard, Paul Winchell, Nanette Fabray, Wally Cox, Abby Dalton, Charley Weaver, Jim Backus, Judy Carne, Ted Cassidy, Jo Anne Worley, Carolyn Jones, Arte Johnson, Michael Landon et Barbara Eden.

'Storybook Squares' a duré de janvier 1969 à août 1969. Publicités du samedi matin :

12:30

Super Président
/ NBC


Le deuxième mandat du super président a été écourté - il a été destitué à la mi-saison et remplacé par.

Monde sauvage / NBC
Un programme nature narré par Phillip Carey.

Un épisode présentait un look coloré sous la mer, d'autant plus impressionnant que de nombreuses personnes achetaient des téléviseurs couleur pour la première fois en 1969.


Débat à la télévision : hier et aujourd'hui

Il y a un peu plus d'un demi-siècle, la politique américaine est entrée dans une nouvelle ère. Dans les studios de WBBM-TV à Chicago le 26 septembre 1960, les candidats présidentiels Richard M. Nixon et John F. Kennedy se tenaient devant les caméras et les lumières chaudes pour le tout premier débat présidentiel télévisé. Un extraordinaire 60 pour cent d'adultes à l'échelle nationale se sont connectés. Cette rencontre - le premier des quatre - a renforcé le soutien à Kennedy, un sénateur du Massachusetts peu connu et un descendant politique qui allait remporter la Maison Blanche. Les élections aux États-Unis ne seraient plus jamais les mêmes. Aucun aspect des campagnes présidentielles n'attire autant d'intérêt que les débats télévisés, et ils ont fourni certains des moments les plus mémorables de l'histoire politique moderne.

Contenu connexe

En 1960, on s'attendait à ce que Nixon, alors vice-président, se comporte brillamment contre Kennedy, mais peu d'hommes politiques ont jamais aussi mal bombardé. Le contraste saisissant de leurs images sur l'écran de télévision a fait toute la différence. Nixon, qui avait récemment été hospitalisé pour une blessure au genou, était pâle, de poids insuffisant et avait de la fièvre, tandis que Kennedy, fraîchement sorti de sa campagne en Californie, était bronzé et plein d'énergie. Avant de passer à l'antenne, les deux candidats ont refusé les services d'une esthéticienne. Le personnel de Kennedy, cependant, lui a donné une retouche rapide. Nixon, maudit par une ombre de cinq heures, a giflé Lazy Shave, une poudre couvrante en vente libre. Cela ne ferait qu'accentuer sa pâleur épouvantable sur l'écran de télévision. Les électeurs qui ont écouté le débat à la radio pensaient que Nixon était aussi habile que Kennedy, mais les téléspectateurs ne pouvaient pas voir au-delà de son apparence hagarde.

Sander Vanocur, qui était membre du panel de presse avec NBC pour ce premier débat, dit aujourd'hui qu'il était trop pris par le moment pour remarquer la maladie de Nixon, mais il rappelle que le vice-président me semblait être développer un peu de sueur autour de ses lèvres. Une chose, cependant, était indubitable, dit Vanocur: "Kennedy avait une idée précise de qui il était, et cela semblait rayonner cette nuit-là." D'innombrables téléspectateurs étaient d'accord. Plus tard, Kennedy a déclaré qu'il n'aurait jamais remporté la Maison Blanche sans les débats télévisés, qui l'ont si efficacement amené dans les salons de plus de 65 millions de personnes.

Il y a eu trois autres débats, mais ils n'avaient guère d'importance, dit Alan Schroeder, professeur de journalisme à la Northeastern University et historien des débats présidentiels. « Kennedy a laissé une impression tellement positive lors du premier débat qu'il a été assez difficile pour Nixon de la surmonter. » Aucune règle électorale n'oblige les candidats à débattre. Après sa piètre performance en 1960, Nixon a refusé de participer en 1968 et 1972. Plus récemment, John McCain a tenté d'annuler l'un de ses affrontements avec Barack Obama en 2008, affirmant qu'il avait des affaires urgentes à faire à Washington. Mais au fil des ans, le public en est venu à s'attendre à ce que les candidats soient assez courageux pour s'affronter à la télévision, en direct et non scénarisés.

Des dizaines de millions de téléspectateurs se connectent pour regarder les débats, et les défenseurs les appellent indispensables pour aider les indécis à se décider. « Si la campagne est un entretien d'embauche avec le public », déclare Charlie Gibson, modérateur du concours Bush-Kerry de 2004, alors les débats sont une occasion inestimable de comparer les styles, de se faire une idée de leur aisance face aux problèmes. .” Lors de plusieurs élections, les débats ont radicalement changé la perception des électeurs et même, selon certains experts, ont changé l'issue de la course.

Un extraordinaire 60 pour cent d'adultes à l'échelle nationale à l'écoute pour le débat présidentiel entre Richard M. Nixon et John F. Kennedy. (Time & Life Pictures / Getty Images) Le 26 septembre 1960, les candidats présidentiels Nixon et Kennedy se sont présentés devant les caméras pour le tout premier débat présidentiel télévisé. (Time & Life Pictures / Getty Images) Jimmy Carter a monté un pic post-débat dans les sondages pour battre de justesse Gerald Ford en 1976. (Corbis) En apparaissant ennuyé et impatient lors du débat présidentiel avec Bill Clinton et Ross Perot, George H.W. Bush a renforcé par inadvertance sa propre image de patricien distant. (Presse associée) Les performances erratiques d'Al Gore en 2000 ont contribué à sa défaite face à George W. Bush lors de l'une des élections les plus serrées de tous les temps. (Presse associée)

Jimmy Carter a monté un pic post-débat dans les sondages pour battre de justesse Gerald Ford en 1976, par exemple, et les performances erratiques d'Al Gore en 2000 ont contribué à sa défaite face à George W. Bush en novembre lors de l'une des élections les plus serrées de tous les temps. « Les débats ont un effet très puissant sur la façon dont les candidats sont perçus », déclare Schroeder, « et en donnant aux électeurs l'assurance qu'ils prennent la bonne décision. »

En partie parce qu'ils exercent une si grande influence, les débats télévisés ont toujours fait l'objet de vives critiques. Certains se plaignent que les réponses ont tendance à être superficielles, que le charisme l'emporte sur la substance, que les experts sont inutilement obsédés par des gaffes mineures. Certes, les enjeux sont énormes. "C'est une longue marche du vestiaire à la plate-forme de débat", explique Walter Mondale, un vétéran de plusieurs débats. “Vous savez que si vous merdez, vous vivrez avec le reste de votre vie.”Pas étonnant que les candidats se battent pour que les formats soient courts et exempts d'échanges interpersonnels désordonnés—bien que ceux-ci se produisent parfois de toute façon, comme lorsque Lloyd Bentsen avec mépris a déclaré à Dan Quayle lors du débat vice-présidentiel de 1988 : « Vous n'êtes pas Jack Kennedy », ce à quoi Quayle, l'air abasourdi, a répondu : « C'était vraiment injustifié !

Les petites querelles comme celle-ci sont une herbe à chat pour les médias, qui couvrent habituellement les débats comme s'il s'agissait d'événements sportifs, avec des gagnants et des perdants clairs. "Ils essaient d'en faire un combat politique", dit John Anderson, qui a débattu de Ronald Reagan en tant qu'indépendant en 1980. "Ils veulent voir un candidat lancer un coup de poing. C'est ça." mentalité qui pousse les commentateurs à magnifier chaque bévue : en 1992, par exemple, George HW Bush a jeté un coup d'œil à sa montre à plusieurs reprises lors d'un débat à l'hôtel de ville avec Bill Clinton et Ross Perot, et les experts se sont bien amusés. "Cette critique était injuste", a déclaré l'ancien gouverneur Michael Dukakis, qui a débattu de Bush en 1988 et qui regardait à nouveau ce soir-là. "Dans un long débat, vous devez avoir une idée de l'endroit où vous êtes, donc il n'y a rien d'étrange à ce qu'un gars regarde sa montre. Mais ça lui a fait mal.”

En apparaissant ennuyé et impatient, Bush renforça par inadvertance sa propre image de patricien distant. De nombreux débatteurs se sont également blessés en confirmant ce que les électeurs craignaient déjà – Carter semblait sensible en 1980 lorsqu'il a laissé entendre que sa jeune fille, Amy, l'avait conseillé sur les armes nucléaires Gore, hautain lorsqu'il a soupiré bruyamment en 2000 McCain, en colère lorsqu'il a dédaigné appelé Obama « That One » en 2008. De tels épisodes sont si courants que nous avons tendance à nous souvenir des débats non pas pour ce qui s'est bien passé, mais pour ce qui n'a pas fonctionné.

Cinquante ans après le début du débat fatal de Nixon, un bouleversement similaire s'est produit récemment en Grande-Bretagne, où des débats télévisés ont été introduits ce printemps pour la première fois lors d'une élection générale. Nick Clegg, 43 ans, un candidat peu connu du petit Parti libéral-démocrate à la troisième place, a joué de façon spectaculaire dans le débat contre deux rivaux plus connus. Après la première rencontre, ses taux d'approbation personnelle ont grimpé à 78 pour cent, le plus élevé jamais vu en Grande-Bretagne depuis les années Churchill pendant la Seconde Guerre mondiale. Comme avec Kennedy en 1960 (également à seulement 43 ans), le public pouvait soudainement envisager l'énergique Clegg comme un leader national.

Aujourd'hui, les libéraux-démocrates partagent le pouvoir avec les conservateurs, et Clegg est vice-premier ministre, un résultat que peu de gens auraient pu imaginer avant les débats. En Grande-Bretagne comme en Amérique, les débats télévisés promettent d'exercer une puissante influence sur la vie politique, modifiant définitivement le paysage de la campagne. Malgré tous leurs risques et leurs drames élevés, ils jouent maintenant un rôle crucial et sont sans aucun doute là pour rester.


1972 – Le TV Guide Aperçu d'automne

Certains disent que 1939 a été la « plus grande année » d'Hollywood ou son « année d'or ». Je sais que j'ai acheté le livre, L'année d'or d'Hollywood : 1939. Ce n'est pas une thèse que je suis tout à fait prêt à accepter car je pense qu'il y a eu d'autres années - avant et après 1939 - où Hollywood a atteint des sommets artistiques et commerciaux. De même, je ne souhaite pas suggérer qu'une année donnée était "l'année d'or de la télévision", mais je suggérerais que si quelqu'un devait proposer une liste des "plus grandes saisons", 1972-73 serait très proche du sommet. Même certains des échecs ont été brillants à leur manière. A l'exception peut-être de NBC, 1972 a été une sacrée bonne année pour à peu près tout le monde, en particulier les téléspectateurs.

Jetons d'abord un coup d'œil au réseau avec les plus gros problèmes. En surface, il ne semblait pas que NBC ait des problèmes. Ils ont lancé cinq nouvelles séries en 1972, contre sept chacune pour CBS et ABC. Le problème était que dans les nouveaux spectacles, seuls deux étaient bloqués, et tous deux avaient besoin d'une intervention chirurgicale majeure pour rester dans l'alignement. De plus, trois séries qui ont commencé la saison ont terminé leurs saisons en janvier 1973. L'une d'entre elles était celle de Rod Serling. Galerie de nuit. À ce stade, Serling avait essentiellement renié la série parce que ses contributions étaient ignorées et ses plaintes au producteur Jack Laird étaient essentiellement ignorées. À la dernière saison, Serling était tellement insatisfait qu'il a dirigé l'émission " Mannix dans un cimetière ". La situation avec Aubaine était encore pire et très similaire à ce qui s'est passé avec Jupon Jonction. La mort de Dan Blocker après la saison 1971-72 a sérieusement endommagé la dynamique de l'émission " qui avait subi une perte d'audience importante la saison précédente " et la concurrence de la nouvelle série CBS Maude suffisait à le tuer. Pour ce qui est de Les audacieux, les émissions de la quatrième saison n'ont retenu que le Nouveaux médecins segment après être allé à deux segments la saison précédente. Il a également perdu John Saxon comme l'un des personnages, qui a été "remplacé" par Robert Walden (oui, pas vraiment un remplaçant). Il a duré seize épisodes et je vais suggérer que la qualité des scripts a peut-être été affectée par la nécessité d'avoir de nouveaux scripts chaque semaine plutôt que toutes les deux semaines (ou toutes les trois semaines dans les deux premières saisons). Moi, j'ai préféré les épisodes avec Burl Ives et compagnie.

En ce qui concerne les nouvelles émissions que NBC avait cette saison, les deux seules émissions qui ont eu une deuxième saison étaient E e Petit Peuple le avec Brian Keith et Shelley Fabares, et le Mercredi Mystère M ovie. Dans Le petit peuple Keith joue le rôle d'un pédiatre travaillant avec sa fille dans un cabinet à Hawaï. Le spectacle était une comédie et a fait assez bien dans les cotes d'écoute pour être renouvelé. Cependant, lorsque la série a été renouvelée, la décision a été prise d'ajouter quelques nouveaux personnages, un médecin détestant les enfants et très approprié, joué par Roger Bowen, et la femme qui possédait la clinique - et une grande partie d'Hawaï - a joué par Nancy Kulp. Cela a changé l'orientation de la relation entre les deux médecins et leurs patients (et les parents des patients) aux conflits entre les adultes. (Ils ont également changé le nom de l'émission cette saison-là en Le spectacle de Brian Keith) s'éloignant davantage de l'intention originale de la série. Les Film mystère du mercredi était une tentative d'étendre le Film mystère la franchise. Le groupe original de spectacles – Colombo, McCloud, et MacMillan & Femme – nous sommes déplacés au dimanche soir. Ils ont été complétés par un quatrième spectacle, Hec Ramsey qui mettait en vedette Richard Boone en tant qu'ancien tireur et homme de loi (qui dans un épisode a affirmé qu'il travaillait autrefois sous le nom de Paladin) qui avait quitté l'ouest pour étudier les méthodes de détection modernes (pour 1900), ce que nous appelons maintenant la médecine légale. L'émission a duré deux saisons et est décédée non pas à cause de mauvaises notes, mais parce que la star Richard Boone avait des désaccords avec le studio (cela ne semble pas être une chose rare avec Richard Boone). Les Film mystère du mercredi était entièrement nouveau. Il a présenté trois spectacles Des millions sympas avec James Farentino en détective privé globe-trotter qui facture un million de dollars pour s'occuper d'une affaire (à l'époque où un million de dollars était une grosse somme), Madigan avec Richard Widmark recréant son rôle dans le film du même nom de 1968 (bien que dans le film, Madigan meurt à la fin), et Banacek avec George Peppard en tant qu'enquêteur indépendant en assurance pour s'en tenir à la compagnie d'assurance pour laquelle son père avait travaillé pendant des années auparavant. Banacek a couru pendant deux ans et a été repris pour un troisième. jusqu'à ce que Peppard démissionne pour empêcher son ex-femme Elizabeth Ashley de prendre un grand pourcentage de son revenu dans son règlement de divorce.

Quant au reste des émissions de NBC, Banyon, était une pièce d'époque des années 30 mettant en vedette Robert Forster en tant que personnage principal et la star de cinéma des années 30 Joan Blondell en tant que propriétaire d'une école de secrétariat qui fournit à Banyon des employés de bureau. L'émission a duré quinze épisodes. Les deux autres émissions de NBC ont duré une saison complète, mais alors que Rechercher – à propos d'une agence de détectives de haute technologie qui surveille en permanence ses agents – et l'anthologie Histoire de fantômes (renommé Cercle de la peur en même temps qu'il a abandonné l'hôte Sebastian Cabot) mais n'étaient pas assez populaires pour être repris.

NBC a également eu une émission qui n'a pas dépassé la saison 1972-73, mais c'était parce qu'elle avait littéralement suivi son cours. C'était Amérique : une histoire personnelle des États-Unis, la lettre d'amour de l'écrivain-diffuseur Alistair Cooke à sa patrie d'adoption qui a alterné avec l'émission d'information NBC Rapports NBC. Aujourd'hui, aucun réseau commercial ne mettrait une émission comme Amérique sur cela serait relégué à PBS ou à un réseau câblé (après que tous les opposants à PBS disent constamment que le câble peut et fera tout ce que PBS fait). En 1972-73, non seulement ce fut un succès populaire, mais il remporta l'Emmy de la nouvelle série exceptionnelle en battant L'Heure Julie Andrews, M*A*S*H, Kung Fu, Maude, et Les Walton, et a en fait été nominé aux Golden Globes en tant que meilleure émission télévisée dramatique.

Chez ABC, le réseau a dévoilé de nouvelles émissions impressionnantes. Dans ce qui peut être l'un des premiers exemples de mise en place d'une émission comme introduction en raison du sexe des fans qu'elle attirerait, le réseau a mis l'émission policière orientée vers les hommes Les recrues en tant que chef de file pour Football du lundi soir. Le spectacle correspondait à la formule standard d'un groupe de jeunes, trois policiers débutants (hommes) de divers horizons (Georg Stanford Brown, Michael Ontkean et Sam Melville), encadrés par un officier supérieur plus âgé, interprété par Gerald S. O' Laughlin. Kate Jackson a joué la femme seule dans le casting régulier, une infirmière mariée au personnage de Melville (des années plus tard, il a joué son ex-mari dans Épouvantail et Mme King). Une autre émission très réussie pour ABC a été Rues de San Francisco l'ensemble de la distribution se composait d'un ancien et d'un futur lauréat d'un Oscar. Karl Malden (Tramway nommé Désir) a joué le lieutenant Mike Stone, un vétéran de plus de 20 ans sur le PD de San Francisco tandis que son partenaire, Steve Keller, a été joué par Michael Douglas (Wall Street). Keller avait fait des études universitaires mais n'avait aucune expérience en tant que flic. Stone était (encore une fois) un mentor pour le jeune flic.

Le troisième grand succès d'ABC a été Kung Fu. Soi-disant, le spectacle était basé sur un concept créé par l'acteur Bruce Lee (selon la femme de Lee, Linda, qui a affirmé que Warner Brothers avait volé l'idée) et Lee avait été envisagé pour le rôle de Kwai Chang Caine - les producteurs ont décidé qu'ils avait besoin de quelqu'un de "serein" pour le rôle et que la seule raison pour laquelle Lee a été pris en compte pour le rôle était parce que le réseau voulait quelqu'un de plus musclé. Les producteurs ont affirmé qu'ils voulaient David Carradine du rôle de Caine depuis le début même s'il n'était pas asiatique (ce qui a suscité pas mal de controverse dans la communauté d'acteurs américains d'origine asiatique). À l'époque, Carradine était au milieu de ce que l'on peut probablement appeler sa "phase hippie", donc le rôle de Caine semblait lui convenir parfaitement. Le spectacle convenait parfaitement au début des années 1970 avec son mélange de responsabilité sociale, de spiritualité, de pensée bouddhiste et de pacifisme (du moins jusqu'à ce qu'il soit forcé à l'action).

Kung Fu devait initialement se dérouler une fois par mois, en alternance avec les autres émissions occidentales d'ABC Alias ​​Smith et amp Jones le samedi soir. Cependant, la programmation d'ABC a subi un remaniement majeur lorsque la troisième heure de la programmation du samedi soir, le thriller paranormal Sixième sens décédés. Alias ​​Smith et amp Jones a également été abandonné et Kung Fu et Rues de San Francisco passer au jeudi soir aux deuxième et troisième heures de grande écoute respectivement. Owen Marshall : conseiller juridique déplacé au mercredi soir pendant que L'heure Julie Andrews (une émission de variétés qui a été une pause majeure pour l'impressionniste Rich Little) est passée à la deuxième heure du samedi remplaçant Kung Fu. Les hommes, un spectacle de roues mettant en vedette Affectation : Vienne (Robert Conrad en espion infiltré à Vienne), Scie sauteuse (James Wainwright en tant que flic qui s'irrite des procédures policières standard mais est efficace pour retrouver les personnes disparues qu'il recherche), et Le bureau de Delphes (Laurence Luckinbill en agent de contre-espionnage avec une mémoire photographique) est passée à la troisième heure du samedi soir. Les deux L'heure Julie Andrews et Les hommes ont été annulés à la fin de la saison. L'autre nouveau spectacle annulé à la fin de la saison était Le spectacle Paul Lynde, dans lequel Lynde jouait un père de famille qui devait faire face à sa femme et ses deux filles ainsi qu'au nouveau mari de sa fille aînée Howie, le fléau de l'existence de Paul.

L'autre émission d'ABC qui a survécu à la saison était Températures en hausse, produit par William Asher. Il n'aurait probablement pas dû survivre compte tenu de ce qui lui est arrivé. Dans la première saison, l'émission mettait en vedette James Whitmore en tant que chef du personnel du Capitol General Hospital à Washington, avec Cleavon Little en tant que Dr Jerry Nolan, un résident qui est également le « opérateur » en chef de l'hôpital (s'il y avait un jeu de cartes ou un course en fauteuil roulant à l'hôpital, son personnage était au courant). Apparemment, le public n'aimait pas Whitmore mais aimait la série et aimait Lynde mais détestait sa série. Monsieur John Dehner) ont été insérés. Le résultat a été un gâchis. Le personnage de Lynde, Paul Mercy, était tout à fait détestable mais pas aussi désagréable que sa mère invalide qui a acheté l'hôpital. La série a été annulée puis relancée, le personnage mère étant largué et remplacé par une sœur jusque-là inconnue jouée par Alice Ghostley. Bien sûr, Lynde et Ghostley étaient tous deux des vétérans du précédent hit d'Asher pour ABC, Enchanté.

Bien sûr, c'est CBS qui a eu le plus grand succès lors de la saison télévisée 1972-73. Considérez les émissions de CBS qui ont fait leurs débuts cette année-là – M*A*S*H, Maude, Les Waltons, et le Spectacle de Bob Newhart. Même quand ils échouaient, quelque chose de bien en ressortait. Considérez les seules annulations de mi-saison du réseau de l'année Anna et le roi avec Yul Brynner et Samantha Eggar dans une version non musicale (et prétendument une sit-com !) Le roi et moi, et Le spectacle de Sandy Duncan qui était une tentative de faire revivre la série précédente de Duncan Drôle de tête (qui a pris fin lorsque Duncan a été hospitalisé en raison d'un cancer qui a pris la vue dans un œil). Tous deux diffusés le dimanche soir avec M*A*S*H, Le N ew Dick Van Dyke Show, et Mannix. Quand ils ont annulé les émissions, CBS a déménagé Le nouveau spectacle de Dick Van Dyke à partir de 21h Est à 19 h 30, décalé Mannix à 8h30 et a ajouté le retour de Buddy Ebsen à la télévision en tant qu'acteur dramatique, Barnabé Jones. L'émission, qui avait des liens avec une autre série policière de CBS Canon, a couru pendant huit ans plus que respectables.

Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup à dire sur la plupart des émissions à succès de CBS au cours de la saison 1972-73. Chacun d'eux a atteint un statut d'icône. Qui peut oublier Maude, le spin-off « libéral » de Tous dans la famille où le personnage principal était la force de la nature très mariée, opiniâtre et libérée qui se trouvait être la cousine de la femme d'Archie Bunker, Edith. Puis il y avait Le spectacle de Bob Newhart, qui n'était pas aussi politiquement opiniâtre que Tous dans la famille ou Maude mais qui s'emboîtait magnifiquement avec son entrée Le spectacle de Mary Tyler Moore. Les deux émissions ont réussi un mélange presque parfait du travail et de la vie domestique de leurs personnages respectifs, remplis dans chaque cas de personnages intéressants et originaux dans les deux domaines. Et bien sûr, ce qu'il faut vraiment dire sur PURÉE, la comédie aux accents dramatiques se déroulant pendant la guerre de Corée mais en réalité une allégorie du Vietnam et de l'illogisme de l'armée en général. PURÉE était l'une des émissions de télévision les plus honorées et les plus respectées de tous les temps, même si elle s'est métamorphosée avec les divers changements de distribution au fil des ans. Certainement le PURÉE qui a fait ses débuts en 1972 était très différent de la série qui a pris fin en 1983, les personnages réguliers devenant de plus en plus réalistes dans le ton et les intrigues devenant de plus en plus dramatiques. Et, je suppose, avec le réseau devenant de plus en plus conscient qu'ils n'avaient pas de sitcom "ordinaire" entre les mains (comme nous le verrons dans la saison 1973, cette prise de conscience leur a pris un certain temps).

Alors bien sûr il y avait Les Walton. Il peut sembler un peu surprenant que CBS ait commencé à diffuser une nouvelle série rurale deux saisons seulement après le grand "Rural Purge", mais je soupçonne qu'il y avait des raisons pour que le réseau la diffuse. J'ai une théorie selon laquelle son cadre de période lui a permis de se concentrer sur ce que l'on appellerait aujourd'hui les "valeurs familiales traditionnelles" les enfants sont polis et responsables et ne s'impliquent évidemment pas dans la drogue ou les manifestations, ils respectent leurs parents et leurs aînés et toute la famille dîne ensemble tous les soirs. Puis-je suggérer que le matériel est le genre de chose qui plairait à la « majorité silencieuse » nixonienne ? Dans le même temps, bien sûr, l'écrivain Earl Hamner Jr. a pu développer des intrigues liées aux problèmes du jour. À sa manière, Le W altons examiné les droits des femmes, la race, la toxicomanie (sous la forme d'alcoolisme) et d'autres problèmes auxquels les gens pourraient s'identifier. And perhaps the most impressive thing about the show is the way that its success seems to have come as a surprise. The 1972 guide télévisé Fall Preview issue says the following about The Waltons: "They're descended from pioneer stock and they'll need all the strength they can muster – they're up against Flip Wilson and The Mod Squad." In fact it was those two shows that needed the strength The Mod Squad was cancelled at the end of the 1972-73 season, while The Flip Wilson Show was cancelled the next season.

CBS cancelled two of its new shows at the end of the season. One was the low rated New Bill Cosby Show which, along with the fifth season of The Doris Day Show, hadn't been able to thrive opposite Monday Night Football. The other show was Bridget Loves Bernie which occupied the Saturday time slot between All In The Family et Mary Tyler Moore. The show was a variant on the 1922 play Abie's Irish Rose, which had been made into a movie twice and even been a radio series from 1942-1944, and dealt with a young Jewish cab driver and writer (David Birney) who married a wealthy Catholic girl (Meredith Baxter). The format is an old one that has been adapted to other situations over the years (the Canadian series Excuse My French dealt with a poor Quebecois girl who married the son of a wealthy Anglophone businessman and had to deal with both of their families Dharma & Greg was about the son of a wealthy conservative family who married the daughter of unreformed hippies). Bridget Loves Bernie has the distinction of being the highest rated series ever cancelled by any American network. According to the 1972-73 ratings list on the Classic TV Hits website the show finished fifth overall with an average 15.681 million viewers, which means that it finished ahead of Le spectacle de Mary Tyler Moore which had an estimated audience of 15.293 million viewers. One suggestion is that the writers ran out of ideas after the first season, but it's generally accepted that CBS cancelled the show because of hate mail and protests from opponents of inter-religious marriage, supposedly various Jewish groups. However, at the time CBS denied the allegation. According to Robert Metz's CBS: Reflections In A Bloodshot Eye Mike Dann claimed that "though the ratings were good they weren't good enough. The show caused a "hammock effect" on the Saturday-night schedule. Sandwiched between Famille which drew 46 million homes and Le spectacle de Mary Tyler Moore which drew 41 million, Bridget Loves Bernie only managed to attract 31 million." This assertion in particular seems erroneous (to say the least) given the data listed both by Classic TV Hits and The Complete Directory To Prime Time Network And Cable Shows 1946-Present. The story of protests by people who vehemently objected to the show seems most plausible. Whatever the truth, the cancellation of Bridget Loves Bernie, together with mid-season moves that moved the aging Mission: Impossible (which would be cancelled at the end of the season) from Saturday to Friday (for Sonny & Cher) et The Carol Burnett Show from Thursday (where it's time slot was occupied by Sonny & Cher) would set up one of the greatest nights of TV ever, the CBS Saturday night line-up of All In The Family, M*A*S*H, The Mary Tyler Moore Show, The Bob Newhart Show, et The Carol Burnett Show.

(I'm still doing a bit of research on a couple of replacements for cancelled shows in the season. I need the show that filled the 8:30-9 p.m. slot on ABC and the two hours between 8 and 10 p.m. on Tuesday night on NBC. Help would be appreciated.) ( Update: I found the ABC 8:30-9 show. It was A Touch Of Grace starring Shirley Booth, J. Pat O'Malley and Marian Mercer. I still need the NBC show(s).)

Below is the 1972 ABC Fall Preview in three parts. Sorry, no TV criticism from President Nixon this time.


30th Anniversary of FOX in Prime Time

Technically, it’s not the 30th anniversary of FOX but the FOX Broadcasting Company did launch in prime time 30 years ago today. The network officially debuted on Thursday, October 9th, 1986 with its late-night talk show The Late Show Starring Joan Rivers. Its entry into prime time had to wait until Sunday, April 5th, 1987. The lineup that night consisted of two sitcom premieres, each aired three times.

In a box somewhere, I have guide télévisé with a special insert for FOX’s prime time launch. Thanks to YouTube, enjoy the following 30-year-old FOX promotional spots as well as some commercials:

Here’s the schedule for that historic night when an upstart fourth network dared challenge the Big Three:

7:00PM Married… with Children [series premiere]
7:30PM The Tracey Ullman Show [series premiere]
8:00PM Married… with Children [repeat]
8:30PM The Tracey Ullman Show [repeat]
9:00PM Married… with Children [repeat]
9:30PM The Tracey Ullman Show [repeat]

Did the premiere-repeat-repeat strategy work? Preliminary ratings for 13 markets weren’t stellar. FOX focused on the cumulative ratings for its two sitcoms, insisting viewers weren’t going to watch the same episode three times. Nationally, Married… with Children earned a cumulative 10.7 rating, The Tracey Ullman Show a 9.4 rating. Here’s a breakdown by half-hour:

7:00PM Married… with Children [series premiere] – 3.9 rating (106 stations)
7:30PM The Tracey Ullman Show [series premiere] – 3.5 rating (106 stations)
8:00PM Married… with Children [repeat] – 3.6 rating (105 stations)
8:30PM The Tracey Ullman Show [repeat] – 3.1 rating (105 stations)
9:00PM Married… with Children [repeat] – 3.2 rating (105 stations)
9:30PM The Tracey Ullman Show [repeat] – 2.8 rating (104 stations)

Over the next month, FOX rolled out a number of other shows: 21 Jump Street, Duet, et Mr. President. It wasn’t until May 10th that the network had a stable Sunday lineup. A second night of programming (Saturday) debuted on July 11th.

FOX did not consider itself a traditional television network in 1987. “We call ourselves a ‘satellite-delivered national program service,'” programming chief Garth Ancier told Le Los Angeles Times prior to FOX’s prime time debut. “There are tremendous uphill battles” to becoming a fourth network, Ancier explained. “There are technical and built-in audience obstacles. This hasn’t been done since before I was born, with the old DuMont Network.”

Somehow, FOX pulled it off and here we are three decades later.

Were you watching FOX make its prime time debut 30 years ago? If so, do you remember whether you preferred Married… with Children ou The Tracey Ullman Show? Did you expect FOX to survive?


Hot Prime-Time Television Line-Up For Motor Fans

Petrolheads throughout New Zealand will be better served than ever before with an impressive line-up of prime-time weekend motor shows.

Triangle Television's Auckland channel along with nationwide Stratos Television (Freeview 21 and Sky 89) have packaged the popular 4WD TV, CRUIZIN', and DRIVE IT! programmes into prime-time offerings that will screen every Friday through Sunday.

Stratos Television Chief Executive Officer Jim Blackman says: "These programmes make Triangle Television and Stratos the leading choice for the dedicated car enthusiast by offering the best and most diverse motoring programmes ever offered in New Zealand in prime time".

>From the smell of leather in luxury limousines to the polish and chrome of unique and rare hot rods, and the down-and-dirty of off-roading in 4WD vehicles, these shows have it all and more!

Australian-made 4WD TV, which already has a good following in New Zealand, won the "most popular programme" vote for three consecutive years across the Tasman, and regularly attracts half a million Australian viewers. The show covers all aspects of four-wheeling and, as a bonus, showcases New Zealand and Australian bands by using their locally-produced music to accompany the action.

CRUIZIN' caters for lovers of hot rods, custom-mades, American cars, classics, muscle cars and street machines. The programme has been running for nine years and features hot rod motoring events from all over the world, as well as interviews with the owners, builders and creators of these magnificent collectible vehicles.

DRIVE IT! - smart, stylish and chic, this programme gives the European perspective of the international car market and is the latest automotive offering from German broadcaster Deutsche Welle. The programme takes a critical look at new models on the market, draws independent comparisons between makes and models, and highlights strengths and weaknesses that are revealed during test drives. The show also reviews the latest motoring technologies and acknowledges motoring history with a section devoted to vintage cars.

These programmes will also screen on Triangle Television in Wellington on a different schedule.

4WD TV:
Stratos Television Saturdays 9.30pm
Triangle Television Auckland Fridays 9pm

CRUIZIN':
Stratos Television Sundays 9.30pm (except April 13) and 11.30pm
Triangle Television Auckland Saturdays 9pm

DRIVE IT!:
Stratos Television (starts April 25) Fridays 7.30pm
Triangle Television Auckland: Commences April 25


Variety shows

After a period of experimentation, the immediacy of live television led programmers to turn to the theatre, especially vaudeville. Before the advent of radio and sound movies, vaudeville had been the most popular of the performing arts in the United States. Traveling shows circulated through cities and towns, providing live entertainment consisting of an emcee and a variety of acts, including musicians, comics, dancers, jugglers, and animals. Many former vaudevillians had become the stars of radio variety shows, and the vaudeville format promised to be even more amenable to television. Vaudeville-inspired variety shows could be shot live with a minimum of inexpensive sets, and there was still a significant pool of vaudeville-trained performers eager to work again.

By the 1949–50 season, the three highest-rated television programs were variety shows: The Texaco Star Theatre (NBC, 1948–53), Ed Sullivan’s Toast of the Town (CBS, 1948–71 renamed Le spectacle d'Ed Sullivan in 1955), and Arthur Godfrey’s Talent Scouts (CBS, 1948–58). Within a few years, entertainers such as Jackie Gleason, Dinah Shore, Perry Como, Red Skelton, and George Gobel would headline their own popular variety series. Common elements to most such shows included an emcee, a live audience, a curtain, and a steady stream of guests ranging from recording stars to comedians to classical musicians.

The variety format allowed for a wide range of styles. In contrast to the raucous pie-in-the-face antics of shows such as The Texaco Star Theatre, for example, was Your Show of Shows (NBC, 1950–54), an urbane comedy-variety program produced by Broadway legend Max Liebman and starring an ensemble of versatile character actor-comics that included Sid Caesar, Imogene Coca, Carl Reiner, and Howard Morris. A variety of acts punctuated this 90-minute program, including excerpts from operas and ballets, but it is most remembered for its superbly written and acted comedy sketches. Many of the cast members went on to star in another variety show, Caesar’s Hour (NBC, 1954–57), which included among its writing staff future film directors Woody Allen and Mel Brooks as well as playwright Neil Simon.


A Timeline Of Sitcoms Featuring Families Of Color

The Fresh Prince of Bel-Air in the early days — with the original Aunt Viv, too!

Code Switch

The Pre-Huxtable Golden Age Of The Black Family Sitcom

We've heard some of the same comments a lot about this fall's television lineup, which includes the shows Noirâtre, Cristela, Selfie et Fresh Off the Boat: "Why is diversity all the rage now?" asked Robert Rorke of the New York Post. And Esther Breger called this season the "most diverse in recent TV history."

But as we pointed out a few weeks ago, back in 1974, three sitcoms featuring black families were at the top of the charts. So how much browner is today's TV landscape of sitcoms compared with the television offerings from a decade — or two, or five — ago?

To get at this question, we decided to make a list. We asked folks on Twitter and Facebook to scan their memories and help us compile as many notable prime-time sitcoms featuring families of color as we could. (Our criteria: The show had to be on a network — and we're counting PBS here.)

Here's a timeline of what we came up with. The shows that didn't last very long, by the way, are in light gray.


8:30-9:00: PURÉE

There would seem to be nothing funny about the Korean War (especially these days), but this series, based on the novel by Richard Hooker and the 1970 film of the same name, managed to mine plenty of humor out of the horrors of war. The focus is on the doctors and nurses of the South Korea-based 4077th Mobile Army Surgical Hospital, and it features an incredible cast of actors and some of TV’s most memorable characters: Hawkeye Pierce (Alan Alda), Margaret “Hot Lips” Houlihan (Loretta Swit), Max Klinger (Jamie Farr), Father Mulcahy (William Christopher), Trapper John (Wayne Rogers), Henry Blake (McLean Stevenson), Frank Burns (Larry Linville), Radar O’Reilly (Gary Burghoff), B.J. Hunnicutt (Mike Farrell), Sherman Potter (Harry Morgan), and Charles Emerson Winchester III (David Ogden Stiers).

Interestingly, the show ran for 11 years (1972-83), compared to the actual Korean War’s two-and-a-half. When it came to an end with the two-and-a-half hour “Goodbye, Farewell and Amen”, it broke all sorts of ratings records and became a national event. MUNES*H won 14 Emmy Awards (out of the 100 it was nominated for), and eight Golden Globes. It also gave birth to two-spin-offs, the single season AfterMASH, focusing on several of the characters working at a Midwestern hospital following the war and Trapper John, MD (1979-86), which took place 30 years after the war and starred Pernell Roberts in the Wayne Rogers role. A pilot that did not go to series was WUNELTE*R, which looked at Radar O’Reilly, who, after the failing of his family farm, becomes a St. Louis cop.


Fall Lineup Has Two Icons Returning to Prime Time

The fall season's slate of new shows features, zombies, gangsters, spies, cheerleaders and a pair of TV icons, Tom Selleck and William Shatner.

If these names can't carry a potent television audience, then we know these are wild television times.

Twenty-two years after the CBS-classic "Magnum P.I." went off the air, Selleck and his legendary 'stache are back with a hour-long drama "Blue Bloods," in which he plays a New York City police commissioner and the key figure in a three-generation family of Irish cops.

With stars such as Donnie Wahlberg and Bridget Moynahan playing parts in Selleck's crime-fighting family, expect the focus to be on character and story.

"While there is a good deal of police work on the streets of New York, the show is about how much that work affects the family," Selleck tells PopcornBiz. "I think this show is very much character-driven. That's where my appetite is."

"I don't think people get to see enough character-driven stuff on TV," he adds. "With reality shows and procedural cop shows, there isn't much of it around."

Shatner's return to situation comedy comes in the form of the quirky "$#*! My Dad Says," where he'll play the cantankerous father-figure dealing with his son, who has moved back home with him.

The show based on the famous Twitter account will allow Shatner to do what he does best -- ham it up. But it's not all joy for the consummate professional who is dealing with the ups and downs of a weekly studio audience.

"There’s maybe 400 or 500 people in the audience, and sometimes you can’t remember the words," he tells us. "When you’re in film, you say, 'What was that?' But here it’s very embarrassing."

It's never easy, even for Captain Kirk. Here's a list of the other most-prominent shows vying for your DVR time in the upcoming season.


Voir la vidéo: Les Brûlures de lHistoire - Les éléctions présidentielles: 1965 - Mitterrand contre De Gaulle


Commentaires:

  1. Martyn

    Bravo, la phrase est venue juste au fait

  2. Donnachadh

    C'est intéressant. Invite, où je peux lire à ce sujet?

  3. Duzilkree

    la variante gagnante :)



Écrire un message