Donjon de Shell du château de Cardiff

Donjon de Shell du château de Cardiff


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Cardiff Castle Shell Keep - Histoire

Au cœur des châteaux de motte et de bailey se trouve la motte, le monticule de terre sur lequel un donjon était habituellement construit. Au sommet de la motte autour de son bord, une palissade en bois a été construite pour protéger le donjon des attaques. Parfois, la motte était assez grande et assez solide pour que la palissade en bois soit remplacée par de la pierre. Ces structures en pierre sont connues sous le nom de donjons de coquillages. Il existe deux formes de coquillages. Le premier type est l'endroit où la structure est située sur le dessus de la motte. Le deuxième type de donjon en coquille est celui où le donjon enferme totalement la motte elle-même de sorte que sa base s'étend jusqu'au fossé entourant la motte.

Pour voir le modèle virtuel, cliquez simplement sur l'image. Utilisez votre souris pour faire tourner et faire un panoramique dans et hors du modèle.

Le modèle est basé sur le donjon aux coquillages du château de Restormel.

Le plan ci-dessous montre le château de Restormel à Cornwall, qui est un excellent exemple de donjon à coquillages. Le donjon mesure un peu plus de 100 pieds de diamètre, de forme presque parfaitement circulaire et se trouve au sommet de la motte. Une guérite d'un côté et la chapelle de l'autre se prolongent dans le fossé qui entoure la motte. A l'intérieur du mur extérieur du donjon se trouve un deuxième mur intérieur circulaire et entre ces deux murs se trouvent les chambres qui forment les deux étages des pièces du château.

La cour intérieure était ouverte aux éléments mais ce n'est pas le cas de tous les donjons à coquillages. Le haut du mur extérieur avait des remparts et il y aurait eu un mur autour du bord pour que les gardes surveillent.

Les pièces à l'intérieur du château auraient inclus une cuisine, une salle de divertissement et de réunions, des chambres à coucher et à vivre pour les propriétaires et leurs serviteurs, une chapelle et une salle pour les gardes du château.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Shell Keeps: Construit sur le dessus de la motte

Exceptionnellement, ce château a une motte et deux basse-cour. Le donjon circulaire en pierre de taille fut peut-être commencé par Robert de Bellême et achevé par Henri Ier lorsqu'il prit le contrôle du château vers 1102.

Le donjon normand d'origine en bois au sommet de la motte a été remplacé au XIIe siècle par un donjon en pierre à coquillages par Robert le Consul.

Le château de Carisbrooke était à l'origine un fort romain et est situé au centre de l'île de Wight. Il a été construit peu de temps après l'arrivée de Guillaume le Conquérant en Angleterre et le comte de Hereford, William Fitz Osbern, pourrait être responsable de sa construction. Roger, son fils est susceptible d'avoir reconstruit ou refortifié le château en pierre.

La caractéristique principale du château est la grande motte avec le donjon au sommet dans l'angle nord-est de la basse-cour. La conception du donjon au sommet de la motte est inhabituelle car elle consiste en un donjon en coquille avec une tour ronde à l'intérieur. L'espace entre l'enveloppe extérieure et la tour est assez étroit et n'est guère plus qu'un passage. Ce n'était pas assez grand pour les chambres par exemple.

Le château de Restormel possède un excellent exemple de donjon aux coquillages. La hauteur des restes du donjon à obus de Restormel est encore aux remparts par endroits. Le mur intérieur concentrique formait le logement à deux étages entre celui-ci et le mur extérieur et enfermait une cour circulaire.

Le château de Totnes possède un très grand donjon à coquillages bien conservé.

Henri Ier fit des améliorations au château de Windsor afin qu'il puisse être utilisé pour la première fois comme résidence royale. Il y tint cour en 1110 et épousa sa seconde épouse Adeliza de Louvain dans sa chapelle. Sous son règne, le donjon en bois de la motte fut remplacé par de la pierre. Entre 1173 et 1179, Henri II consacre du temps et de l'argent à l'amélioration du donjon. La hauteur du donjon est surélevée et les murs autour des coursives sont reconstruits.

Aussi connu sous le nom de Clifford's Tower, ce donjon en coquille est construit à partir de quatre lobes semi-circulaires et aurait eu un toit soutenu par une colonne centrale. Le toit et l'intérieur ont disparu depuis longtemps. Le château est situé au cœur de la ville de York.


Pendant toute la durée de la Coupe du monde de rugby 2015, le château de Cardiff a reçu un ajout. En l'honneur de la compétition, un ballon de rugby géant a été installé dans le mur extérieur du château. Au total, environ 25 personnes ont travaillé sur sa conception et son installation, tandis que les briques de mousse qui semblaient éclater du mur étaient fabriquées à partir d'un moulage de briques réelles du château de Cardiff. Le "Ball in the Wall" était bien sûr un accessoire temporaire, mais son emplacement signifiait avec précision l'amour du sport au Pays de Galles.


Norman Shell Donjon du château de Cardiff à Cardiff, Pays de Galles

Le château de Cardiff a commencé avec les Romains qui ont construit un fort ici au 1er siècle. Trois autres ont été construits jusqu'à ce qu'ils abandonnent le site de dix acres à la fin du IVe siècle. Les Normands sont arrivés à la fin du XIe siècle. Ils construisirent d'abord un donjon en bois protégé par un haut mur et entouré de douves. Au 12ème siècle, le comte de Gloucester a construit ce donjon (tour) en coquille au sommet d'une motte (colline artificielle) au centre d'une basse-cour intérieure (cour fortifiée). La citadelle à douze côtés mesure 77 pieds de large et 30 pieds de haut. Les Normands sont restés au pouvoir jusqu'en 1216 après JC. Vous pouvez monter les cinquante marches pour voir les vestiges de ce donjon médiéval.

West St Cardiff CF10 1BT, Royaume-Uni

Bienvenue! Encircle Photos est votre ressource de voyage gratuite pour trouver les meilleurs endroits à voir dans le monde entier. Cette bibliothèque visuelle comprend des guides de voyage montrant les principaux points de repère avec des descriptions, des cartes et des adresses. Explorez également le monde quotidiennement avec des e-mails gratuits et sur Facebook. Ils présentent une ville différente par semaine avec une photo par jour. Laissez le photographe de voyage Dick Ebert vous montrer le monde !


Liste complète des châteaux au Pays de Galles

Château d'Abergavenny, Abergavenny, Gwent
Propriétaire : Conseil du comté de Monmouthshire
L'un des premiers châteaux normands du Pays de Galles, Abergavenny date d'environ 1087. À l'origine une structure de motte et de bailey, la première tour construite au sommet de la motte aurait été en bois. Le jour de Noël 1175, le seigneur normand d'Abergavenny, William de Braose, assassina son rival gallois de longue date Seisyll ap Dyfnwal dans la grande salle du château : le massacre d'Abergavenny. Durant les années mouvementées du XIIe siècle, le château changea plusieurs fois de mains entre les Anglais et les Gallois. Le château a été considérablement agrandi et renforcé au cours des XIIIe et XIVe siècles, alors qu'il était aux mains de la famille Hastings. La plupart des bâtiments ont été gravement endommagés pendant la guerre civile anglaise, lorsque le château a été méprisé pour éviter qu'il ne soit à nouveau utilisé comme forteresse. En 1819, l'actuel bâtiment de type donjon carré, abritant aujourd'hui le musée Abergavenny, a été construit au-dessus de la motte. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château d'Aberystwyth, Aberystwyth, Ceredigion, Dyfed
Propriété de : Conseil municipal d'Aberystwyth.
Surplombant le port d'Aberystwyth, le château a été construit par Edouard Ier dans son effort pour conquérir le Pays de Galles. Commencé en 1277, il n'a été que partiellement achevé lorsque les Gallois se sont rebellés, l'ont capturé et l'ont brûlé en 1282. La construction a repris l'année suivante sous la supervision de l'architecte préféré du roi, Maître James de St George, qui a achevé le château en 1289. Brièvement assiégé en 1294, il fut de nouveau attaqué au début du XVe siècle par Owain Glyndwr, qui le captura finalement en 1406. Les Anglais reprirent le château en 1408, à la suite d'un siège impliquant la première utilisation connue du canon en Grande-Bretagne. En 1649, pendant la guerre civile anglaise, Oliver Cromwell fit mépriser le château pour s'assurer qu'il ne pourrait plus jamais être utilisé. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Barry, Barry, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
Siège de la famille de Barry, ce manoir fortifié a été construit au XIIIe siècle en remplacement d'un ancien terrassement. Agrandi et fortifié au début du XIVe siècle, dont les ruines sont visibles aujourd'hui. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Beaumaris, Beaumaris, Anglesey, Gwynedd
Propriétaire : Cadw
Gardant l'approche du détroit de Menai, Beaumaris, ou marais juste, a été commencé en 1295 sous la supervision de l'architecte préféré du roi, Maître James de St George. Le dernier et le plus grand des châteaux construits par le roi Édouard Ier dans sa conquête du Pays de Galles, c'était à l'époque l'un des exemples les plus sophistiqués d'architecture militaire médiévale en Grande-Bretagne. Les travaux sur le château ont été suspendus pendant les campagnes écossaises d'Edward au début des années 1300 et, par conséquent, il n'a jamais été complètement achevé. Beaumaris a été brièvement détenu par les Gallois lors du soulèvement d'Owain Glyn Dŵr (Glyndŵr, Glendower) de 1404-5. Laissé à l'abandon pendant des siècles, le château a été refortifié pour le roi pendant la guerre civile anglaise, mais a finalement été pris par le Parlement en 1648 et méprisé dans les années 1650 pour s'assurer qu'il ne pourrait plus jamais être utilisé. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Brecon, Brecon, Powys
Propriétaire : Monument antique classé
Situé au confluent du Honddu et de la rivière Usk, à l'un des rares endroits où la rivière pouvait être gué, Bernard de Neufmarch érige la première forteresse normande motte et bailey vers 1093. Llewelyn ap Iortwerth détruit ce premier château en bois en 1231, et encore deux ans plus tard après sa reconstruction. Finalement reconstruit en pierre par Humphrey de Bohun au début du XIIIe siècle, le château tomba progressivement en ruine et se dresse aujourd'hui dans l'enceinte d'un hôtel. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Bronllys, Bronllys, Powys
Propriétaire : Cadw
Motte de la fin du XIe ou du début du XIIe avec donjon rond en pierre du XIIIe. Henri III prit brièvement le contrôle de Bronllys en 1233 et l'utilisa pour mener des négociations avec Llewelyn le Grand. En 1399, le château fut refortifié contre Owain Glyn Dŵr (Glyndŵr), mais à la fin du XVe siècle, il était en ruine. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Builth, Builth, Powys
Propriétaire : Monument antique classé
Le premier château de Builth était une motte en bois et une fortification de basse-cour construites vers 1100 pour garder un passage stratégique de la rivière Wye. Au siècle qui suivit, le château fut attaqué, détruit et reconstruit, occupé tour à tour par les forces anglaises et galloises. En 1277, le roi Édouard Ier lança sa première campagne lors de la conquête du Pays de Galles et refortifia Builth. En utilisant son architecte préféré, Maître James de St George, Edward a ensuite reconstruit en pierre une grande tour au sommet de la motte précédente, entourée d'un mur-rideau substantiel avec plusieurs petites tours. En 1282, Llewelyn ap Gruffydd tomba dans une embuscade après avoir quitté le château et fut tué à proximité de Cilmeri. Assiégé par Madog ap LLewelyn en 1294, il fut lourdement endommagé lors d'une attaque d'Owain Glyn Dŵr un siècle plus tard. La plupart des traces du plus petit château gallois d'Edward ont disparu depuis longtemps, recyclées comme matériau de construction par les propriétaires terriens locaux. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Caer Penrhos, Penrhos, Llanrhystud, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
Fortification annulaire bien conservée située dans un ancien terrassement de l'âge du fer qui servait de basse-cour. Construit vers 1150, peut-être par Cadwaladr, fils de Gruffydd ap Cynan. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Ringwork du château de Caerau, Caerau, Cardiff, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Un château normand en anneaux situé dans un ancien fort de l'âge du fer. Une palissade en bois aurait été posée au sommet de la berge entourant les quartiers d'habitation. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Caergwrle, Caergwrle, Clwyd
Propriétaire : Conseil communautaire de Caergwrle
Commencé en 1277, par Dafydd ap Gruffudd, utilisant peut-être des maçons normands, pour construire un grand donjon circulaire surplombant la campagne environnante. Le château était encore inachevé lorsque Dafydd se révolta contre le règne du roi Édouard Ier en 1282. Se retirant de Caergwrle, Dafydd fit mépriser le château pour en refuser l'usage aux envahisseurs anglais. Bien qu'Edward ait commencé à le reconstruire, un incendie a détruit le château et il a été laissé en ruines. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Caerleon, Caerleon, Newport, Gwent
Propriétaire : Monument antique classé
Bien que les Romains aient fortifié le site des siècles auparavant, les vestiges d'aujourd'hui sont principalement ceux d'une motte normande et d'un château de basse-cour datant d'environ 1085. Saisi par le célèbre maréchal Guillaume en 1217, le château en bois a été reconstruit en pierre. Pendant la révolte galloise en 1402, les forces d'Owain Glyn Dŵr ont capturé le château, le laissant en ruines, les bâtiments se sont effondrés au cours des siècles qui ont suivi. Le site du château est maintenant sur un terrain privé, la vue depuis la route adjacente est restreinte. La tour est visible depuis le parking du pub Hanbury Arms.
Château de Caernarfon, Caernarfon, Gwynedd
Propriétaire : Cadw
Remplaçant un château de motte-and-bailey datant de la fin du XIe siècle, le roi Édouard Ier d'Angleterre a commencé à construire son château en partie, en partie palais royal en 1283. Conçu comme le centre administratif du nord du Pays de Galles, les défenses ont été construites à grande échelle. Oeuvre de l'architecte préféré du roi, Maître James de Saint-Georges, la conception serait basée sur les murs de Constantinople. Caernarfon était le lieu de naissance d'Edouard II, le premier prince anglais de Galles. Saccagé en 1294 lorsque Madog ap Llywelyn mena une rébellion contre les Anglais, le château fut repris l'année suivante. L'importance de Caernarfon a diminué lorsque la dynastie galloise des Tudor est montée sur le trône d'Angleterre en 1485. Des heures d'ouverture et des frais d'entrée restreints s'appliquent.
Château de Caerphilly, Caerphilly, Gwent
Propriétaire : Cadw
Entouré d'une série de douves et d'îles aquatiques, ce joyau architectural médiéval a été créé par Gilbert "le Rouge" de Clare, un noble normand roux. Gilbert a commencé les travaux sur le château en 1268 suite à son occupation du nord de Glamorgan, le prince gallois Llywelyn ap Gruffydd a signalé son objection à sa construction en brûlant le site en 1270. Peu impressionné par cette interruption, Gilbert a persisté et a complété son gigantesque bastion en utilisant le radical et système de défense concentrique unique de « murs dans les murs ». Un château digne d'un roi, Gilbert a ajouté un hébergement luxueux, construit sur une île centrale, entourée de plusieurs lacs artificiels. La conception des anneaux concentriques des murs a été adoptée par Edouard Ier, dans ses châteaux du nord du Pays de Galles. Avec la mort de Llywelyn en 1282, la menace militaire galloise a pratiquement disparu et Caerphilly est devenue le centre administratif du domaine considérable de Clare. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Caldicot, Caldicot, Newport, Gwent
Propriétaire : Conseil du comté de Monmouthshire
Debout sur le site d'une ancienne forteresse saxonne, une motte en bois normande et une structure de basse-cour ont été érigées vers 1086. En 1221, Henry de Bohun, comte de Hereford, a reconstruit le donjon de quatre étages en pierre et a ajouté un mur-rideau avec deux tours d'angle . Lorsque la lignée mâle Bohun s'éteignit en 1373, le château devint la demeure de Thomas Woodstock, le plus jeune fils d'Edouard II, qui le transforma d'une forteresse défensive en une luxueuse résidence royale. Le château a été acheté par l'antiquaire JR Cobb en 1855, qui a restauré Caldicot dans son meilleur état médiéval. Le château se dresse maintenant dans 55 hectares de Country Park, avec un accès libre et gratuit. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent au château.
Château de Camrose, Camrose, Haverfordwest, Pembrokeshire
Propriétaire : Monument antique classé
Gardant un gué à travers une petite rivière, cette ancienne fortification de motte et de bailey normande a été construite vers 1080, lors de la première vague de colonisation normande dans le sud du Pays de Galles. Guillaume le Conquérant a passé la nuit à Camrose lors d'un pèlerinage à St David's. Plus tard, le château a été reconstruit avec un mur d'enceinte en pierre enserrant le sommet de la motte, éventuellement avec un donjon à coquillages.
Château de Candleston, Merthyr Mawr, Bridgend, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Ce manoir fortifié a été construit à la fin du XIVe siècle à l'extrémité est de ce qui est aujourd'hui le plus grand système de dunes de sable d'Europe. Malheureusement, les bâtisseurs du château, la famille Cantilupe, dont le château porte le nom, n'ont pas pris en compte la possibilité d'une érosion côtière. Peu de temps après son achèvement, les environs ont commencé à être recouverts par les sables mouvants, le château n'a survécu à une immersion complète que grâce à sa position surélevée. Un mur en ruine entoure maintenant une petite cour, autour de laquelle se trouve un bloc de hall et une tour dont l'aile sud est un ajout ultérieur.
Château de Cardiff, Cardiff, Glamorgan
Propriétaire : Ville de Cardiff
Le château original de la motte et du bailey a été construit vers 1081, peu de temps après la conquête normande de l'Angleterre, dans les murs d'un fort romain du IIIe siècle. À partir du XIIe siècle, le château a commencé à être reconstruit en pierre, avec un formidable donjon à coquillages et d'importants murs défensifs ajoutés. Ces nouvelles défenses ne semblent pas avoir beaucoup dissuadé les habitants, car dans les années qui ont suivi, les Gallois ont attaqué à plusieurs reprises le château et l'ont pris d'assaut pendant la rébellion d'Owain Glyn Dŵr de 1404. Après les guerres des Roses, l'importance militaire du château a commencé à décliner, et ce n'est qu'au milieu du XVIIIe siècle, lorsqu'il est passé aux mains de John Stuart, premier marquis de Bute, que les choses ont commencé à changer. En employant Capability Brown et Henry Holland, il entreprit de transformer la forteresse médiévale en la somptueuse demeure seigneuriale qui subsiste aujourd'hui. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent au château.
Château de Cardigan, Cardigan, Dyfed
Propriété de : Cadwgan Preservation Trust
Le premier château de motte et bailey a été érigé à un kilomètre du site actuel vers 1093, par le baron normand Roger de Montgomery. Le château actuel a été construit par Gilbert Fitz Richard Lord of Clare, après la destruction du premier. Owain Gwynedd a vaincu les Normands à la bataille de Crug Mawr en 1136, et dans les années qui ont suivi, le château a changé de mains plusieurs fois alors que les Gallois et les Normands se battaient pour la suprématie. En 1240, après la mort de Llywelyn le Grand, le château retomba aux mains des Normands et quelques années plus tard, le comte Gilbert de Pembroke le reconstruisit, ajoutant les murs de la ville pour une protection accrue. Ce sont ces vestiges qui se dressent encore surplombant la rivière. Actuellement en cours de grand projet de restauration.
Château de Carew, Tenby, Pembrokeshire
Propriété de : famille Carew
Situé sur un site stratégiquement important commandant un gué traversant la rivière, Gerald of Windsor a érigé la première motte en bois normande et le château de bailey vers 1100, en s'appuyant sur un fort de l'âge du fer antérieur. Le château en pierre actuel date du 13ème siècle, commencé par Sir Nicholas de Carew, la famille agrandie et refortifiée au fil des générations. Vers 1480, Sir Rhys ap Thomas, partisan du roi Henri VII, entreprit de transformer le château médiéval en une demeure digne d'un influent gentleman Tudor. Un autre remodelage a été commencé à l'époque des Tudor par Sir John Parrot, prétendument le fils illégitime d'Henri VIII.Parrot, cependant, n'a pas eu la chance de profiter de sa belle nouvelle maison, arrêté pour trahison, il a été confiné à la Tour de Londres, où il est décédé en 1592, apparemment de «causes naturelles». Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Carmarthen, Carmarthen, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
Bien qu'un château normand ait pu exister à Carmarthen dès 1094, le site actuel du château, dominant une position stratégique au-dessus de la rivière Tywi, date d'environ 1105. La motte d'origine avait d'énormes défenses en pierre ajoutées au 13ème siècle par le célèbre William Marshal , comte de Pembroke. Saccagé par Owain Glyn Dŵr (Glyndŵr) en 1405, le château passa plus tard à Edmund Tewdwr, père du futur Henri VII. Transformé en prison en 1789, il jouxte aujourd'hui les bureaux de la mairie, un peu perdu au milieu des bâtiments urbains modernes.
Château de Carndochan, Llanuwchllyn, Gwynedd
Propriétaire : Monument antique classé
Construit sur un rocher escarpé par l'un des trois principaux princes de Galles qui ont régné au XIIIe siècle, soit Llywelyn Fawr, Dafydd ap Llywelyn ou Llywelyn the Last, le château est construit dans un style typiquement gallois. Les tours extérieures défensives et le donjon central gardaient les frontières sud du royaume de Gwynedd. Il n'est pas enregistré quand Carndochan a finalement été abandonné, il existe cependant quelques preuves archéologiques limitées suggérant que le château a été soit saccagé, soit bafoué, ce qui pourrait aider à expliquer son mauvais état de conservation. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Carreg Cennen, Trapp, Llandeilo, Dyfed
Propriétaire : Cadw
Utilisant l'environnement naturel à bon escient, le premier château de pierre sur le site a été érigé par Lord Rhys, Rhys de Deheubarth, à la fin du 12ème siècle. Capturé par le roi Édouard Ier d'Angleterre lors de sa première campagne galloise de 1277, le château a fait l'objet d'attaques galloises presque constantes, d'abord par Llewelyn ap Gruffudd, puis par Rhys ap Maredudd. En récompense de son soutien, Edward accorda le château à John Giffard de Brimpsfield qui, entre 1283 et 1321, reconstruisit et renforça les défenses de la forteresse. Le château a changé plusieurs fois entre l'occupation galloise et anglaise au cours de la période médiévale troublée. Bastion Lancastre pendant la guerre des Roses, Carreg Cennen fut bafoué en 1462 par 500 soldats yorkistes pour l'empêcher d'être à nouveau fortifié. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Carreghoffa, Llanyblodwel, Powys
Propriétaire : Cadw
Construite vers 1101 par Robert de Bellesme, cette fortification frontalière va changer plusieurs fois de mains entre les Anglais et les Gallois au cours de sa durée de vie relativement courte. Juste un an après sa construction, il a été saisi par l'armée du roi Henri I. Vers 1160, Henri II a réparé et refortifié le château, pour en perdre le contrôle au profit des forces galloises d'Owain Cyfeiliog et d'Owain Fychan en 1163. Le sujet de beaucoup plus de batailles frontalières et d'escarmouches, on pense que le château a pris fin dans les années 1230 lorsqu'il a été détruit par Llywelyn ab Iorwerth. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Castell Aberlleiniog, Beaumaris, Anglesey, Gwynedd
Propriétaire : Menter Môn
Construit vers 1090 pour Hugh d'Avranche, le puissant 1er comte de Chester, le château normand a apparemment survécu à un siège en 1094 par les forces galloises de Gruffydd ap Cynan. Seule fortification de type motte et bailey sur Anglesey, les structures en pierre encore visibles sur le monticule du château font partie des défenses de la guerre civile anglaise datant du milieu du XVIIe siècle et non des bâtiments normands d'origine. Le site est actuellement en cours de restauration, normalement avec un accès libre et gratuit à tout moment raisonnable.
Castell Blaen Llynfi, Bwlch, Powys
Propriétaire : Monument antique classé
Construit vers 1210 par la famille Fitz Herbert, le château fut saccagé par le prince Llywelyn ab Iorwerth en 1233. Reconstruit peu de temps après, comme beaucoup d'autres châteaux frontaliers, il changea plusieurs fois de mains entre les Gallois et les Anglais avant d'être déclaré ruineux en 1337. Les vestiges de la grande cour, le fossé et la courtine sont en mauvais état de conservation. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Castell Carn Fadryn, péninsule de Llŷn, Gwynedd
Propriétaire : Monument antique classé
Montrant des preuves de trois phases de structures défensives, la première d'une colline de l'âge du fer datant d'environ 300 avant JC qui a été étendue et renforcée en 100 avant JC. La troisième phase est l'un des premiers châteaux médiévaux en pierre gallois construits, qui aurait été "nouvellement construit" par les fils d'Owain Gwynedd en 1188. Inhabituel pour l'époque, non pas construit pour empêcher les Anglais d'entrer, mais pour imposer une autorité individuelle dans une lutte de pouvoir entre chacun des fils de Gwynedd. Les bâtiments en pierre rudimentaires et l'enceinte murale en pierres sèches sont situés dans les vestiges du vaste ancien fort de la colline. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Castell Coch, Tongwynlais, Cardiff, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
Ce château de fantaisie (ou de folie) victorien a été construit avec la richesse incalculable du marquis de Bute et le génie architectural excentrique de William Burges, propriétaire et architecte du château de Cardiff. Construit sur les fondations d'une forteresse médiévale d'origine, Burges a commencé à travailler sur Castle Coch en 1875. Bien qu'il soit décédé 6 ans plus tard, les travaux ont été achevés par ses artisans et, ensemble, ils ont créé le fantasme victorien ultime de ce à quoi devrait ressembler un château médiéval. , avec juste une touche de haut gothique. Jamais conçu comme résidence permanente, l'utilisation du château était limitée, le marquis n'est jamais venu après son achèvement et les visites de la famille étaient rares. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Castell Crug Eryr, Llanfihangel-nant-Melan, Powys
Propriétaire : Monument antique classé
Crug Eryr, ou Eagle’s Crag, était une fortification de type motte et bailey en terre et en bois relativement rudimentaire. Les origines du château ne sont pas claires, bien qu'il ait été construit par les princes de Maelienydd, vers 1150. Capturé par les Normands à la fin du XIIe siècle, le château a été repris par les Gallois et est resté en usage jusqu'au XIVe siècle. Un barde bien connu plus tard, connu sous le nom de Llywelyn Crug Eryr, aurait vécu au château à une époque. Sur une propriété privée, le château est visible depuis la route A44 toute proche.
Castell Cynfael, Tywyn, Gwynedd
Propriétaire : Monument antique classé
Une fortification traditionnelle de motte et de bailey, construite non pas par les Normands, mais par le prince gallois Cadwaladr ap Gruffudd en 1147. Cadwaladr était le fils de Gruffudd ap Cynan, qui après avoir échappé à l'emprisonnement vers 1094, avait chassé les Normands de Gwynedd, avec un peu d'aide de ses amis et relations irlandais. Construit dans le vrai « style normand », le château offrait une bonne vue sur la traversée de la rivière Dysynni, à la tête de la jonction stratégiquement importante des vallées Dysynni et Fathew. En 1152, à la suite d'une querelle familiale, Cadwaladr a été contraint à l'exil et son frère Owain a pris le contrôle. Cynfael est probablement tombé en désuétude après que Llewelyn le Grand ait construit Castell y Bere en 1221. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Castell Dinas Bran, Llangollen, Clwyd
Propriétaire : Monument antique classé
Les vestiges d'un château du XIIIe siècle se dressent sur le site d'un fort de colline de l'âge du fer. Probablement construit par Gruffudd II ap Madog, souverain du nord du Powys, en 1277, le château devait être assiégé par Henry de Lacy, comte de Lincoln, lorsque les défenseurs gallois l'ont brûlé pour empêcher les Anglais de l'utiliser. Quelque temps avant 1282, le château a de nouveau été occupé par les forces galloises, mais semble avoir beaucoup souffert de la guerre qui a entraîné la mort de Llewelyn, prince de Galles. Le château n'a jamais été reconstruit et est tombé en ruine. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Castell Dinerth, Aberarth, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
Construit par la famille de Clare vers 1110, ce château de motte et bailey normand a eu une histoire courte et violente. Dinerth a changé de mains au moins six fois et a été détruit et reconstruit à deux reprises, avant de finalement connaître sa fin en 1102. Désormais envahis par la végétation, les monticules du château et les fossés défensifs sont toujours visibles. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Castell Du, Sennybridge, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
Également connu sous le nom de château de Sennybridge et de Castell Rhyd-y-Briw, ce château natif du Pays de Galles construit vers 1260 serait l'œuvre de Llywelyn ap Gruffudd, prince de Galles. Son histoire est vague, bien qu'il semble probable qu'il a été capturé par Edouard Ier d'Angleterre pendant la guerre de 1276-7 et a ensuite été abandonné. Les vestiges d'une tour en forme de D préférée des architectes militaires gallois sont encore visibles, mais une grande partie du site n'a pas encore été fouillée. Situé sur un terrain privé.
Castell Gwallter, Llandre, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
Ce château typique de motte et de bailey de terre et de bois a été construit quelque temps avant 1136, par le chevalier normand distingué Walter de Bec, d'Espec. Comme beaucoup de châteaux similaires, il semble avoir été détruit peu de temps après, possiblement par des attaques galloises. La dernière mention de celui-ci dans un enregistrement historique date de 1153. Ce site est maintenant complètement envahi par la végétation, seuls les travaux de terrassement sont en évidence. Sur une propriété privée mais visible depuis l'emprise à proximité.
Castell Machen, Machen, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Également connu sous le nom de Castell Meredydd, ce château traditionnel gallois en pierre aurait été construit par Maeredydd Gethin, prince de Gwynllwg, vers 1201. Utilisé par Morgan ap Hywell après avoir été évincé de sa base principale de Caerleon par les Normands, en 1236 Gilbert Le maréchal, comte de Pembroke, s'empara du château et ajouta à ses défenses. Bien qu'il passa brièvement à la puissante famille de Clare, on pense que le château est devenu inutilisable peu de temps après. Posé sur une corniche à flanc de coteau exposé au sud, il ne reste que des fragments du donjon et des courtines.
Castell y Blaidd, Llanbadarn Fynydd, Powy
Propriétaire : Monument antique classé
Également connu sous le nom de Wolf's Castle, cette enceinte défensive normande en forme de D n'a peut-être jamais été achevée. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Castell-y-Bere, Llanfihangel-y-pennant, Abergynolwyn, Gwynedd
Propriétaire : Cadw
Créé par le prince Llywelyn ab Iorwerth (« le Grand ») vers 1221, ce grand château de pierre a été construit pour défendre la principauté de Gwynedd au sud-ouest. Lors de la guerre de 1282 avec le roi Édouard Ier, le petit-fils de Llywelyn, Llywelyn the Last, fut tué et Castell y Bere fut pris par les forces anglaises. Edward I a agrandi le château et a établi une petite ville à côté. En 1294, le chef gallois Madoc ap Llywelyn monta une révolte majeure contre la domination anglaise, et le château fut assiégé et incendié. Castell y Bere est tombé en ruine après cela. Accès libre et gratuit dans des horaires d'ouverture restreints.
Château de Caereinion Château, Château de Caereinion, Powys
Propriétaire : Monument antique classé
Le premier château de motte et de bailey en terre et en bois fut construit par Madog ap Maredudd, prince de Powys, vers 1156. Après que le neveu de Madog, Owain Cyfeiliog, eut juré allégeance aux Anglais, le château fut saisi par Lord Rhys et Owain Gwynedd en 1166. Un peu plus tard, et avec l'aide de ses alliés normands, Owain attaqua le château en détruisant ses fortifications, après quoi il tomba apparemment en ruine. Seul le monticule surélevé, ou motte, est visible dans un coin du cimetière.
Château de Cefnllys, Llandrindod Wells, Powys
Propriétaire : Monument antique classé
Deux châteaux construits l'un après l'autre aux extrémités opposées d'une haute crête étroite. La forteresse nord plus imposante a été érigée par le seigneur anglais Roger Mortimer vers 1242, lors de ses batailles avec Llywelyn ap Gruffudd, prince de Galles. Après avoir subi la colère de Llywelyn, le premier château a été gravement endommagé en 1262, et en conséquence le deuxième château a été commencé en 1267. Ce deuxième château a été saccagé par Cynan ap Maredudd lors de la révolte de Madog ap Llywelyn en 1294-5. Enregistré comme étant en ruines à la fin du XVIe siècle, il ne reste que peu de vestiges de la première forteresse de Mortimer. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Chepstow, Chepstow, Gwent
Propriétaire : Cadw
Situé au sommet de falaises contrôlant la principale traversée de la rivière Wye, se trouve la plus ancienne fortification en pierre de ce type en Grande-Bretagne. Lancé par le seigneur normand William fitzOsbern en 1067, il faisait partie d'une chaîne de châteaux construits pour sécuriser la région frontalière troublée entre l'Angleterre et le Pays de Galles. La plupart des premiers châteaux normands érigés après la conquête de l'Angleterre étaient de simples structures de motte et de bailey en terre et en bois, Chepstow était cependant différent, il a été construit en pierre dès le début, en utilisant des matériaux recyclés de la ville romaine voisine de Caerwent pour créer une tour en pierre fermée par des coursives en bois. En 1189, Chepstow passa au célèbre William Marshal, peut-être le plus grand chevalier de la période médiévale, qui étendit et renforça considérablement la forteresse jusqu'à ce que nous la voyons aujourd'hui. Au milieu du XVIIe siècle, pendant la guerre civile anglaise, le château changea deux fois de mains entre le roi et le Parlement. Utilisé comme prison après la restauration de la monarchie, le château finit par tomber en ruine. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Chirk, Wrexham, Clwyd
Propriété de : National Trust
Construit entre 1295 et 1310 par Roger Mortimer de Chirk dans le cadre de la chaîne de forteresses du roi Édouard Ier dans le nord du Pays de Galles, il garde l'entrée de la vallée de Ceiriog. Le château a été largement rénové à la fin du XVIe siècle par Sir Thomas Myddelton, qui a transformé Chirk d'une forteresse militaire en un confortable manoir de campagne. Saisi par la couronne pendant la guerre civile anglaise, le château subit de graves dommages et nécessita d'importants travaux de reconstruction. L'intérieur de Chirk a été totalement retravaillé dans le style gothique par le célèbre architecte A.W. Pugin, en 1845. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Cilgerran, Cardigan, Pembrokeshire, Dyfed
Propriétaire : Cadw
Située sur un éperon rocheux surplombant la rivière Teifi, la première fortification en terre et en bois a été construite vers 1100, peu après l'invasion normande de l'Angleterre. La scène probable d'un enlèvement romantique, quand à Noël 1109, Owain ap Cadwgan, prince de Powys, a attaqué le château et a volé avec Nest l'épouse de Gerald de Windsor. Quelques années plus tard, Gerald a rattrapé Owain et l'a tué dans une embuscade. Cilgerran a été prise par Llywelyn le Grand en 1215, mais a été reprise en 1223 par William Marshal le jeune, comte de Pembroke, qui a reconstruit le château sous sa forme actuelle. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Coity, Bridgend, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
Bien qu'à l'origine établi peu après 1100 par Sir Payn "le Démon" de Turberville, l'un des douze chevaliers légendaires de Glamorgan, une grande partie du château actuel date du 14ème siècle et plus tard. Reconstruite à la suite d'un siège d'Owain Glyn Dŵr en 1404-05, une nouvelle porte ouest dans le quartier extérieur et une nouvelle porte dans la tour sud ont également été ajoutées. Le château semble être tombé en désuétude et en ruine après le XVIe siècle. Accès libre et gratuit dans des horaires d'ouverture restreints.
Château de Conwy, Conwy, Gwynedd
Propriétaire : Cadw
Construit pour le roi anglais Edward I, par son architecte préféré, le maître James de St George, le château est l'une des plus belles fortifications médiévales de Grande-Bretagne. Peut-être la plus magnifique de ses forteresses galloises, Conwy est l'un des châteaux de "l'anneau de fer" d'Edward, construit pour soumettre les princes rebelles du nord du Pays de Galles. Offrant une vue imprenable sur les montagnes et la mer depuis la grandeur de ses huit tours massives, ses deux barbacanes (portes fortifiées) et les murs-rideaux environnants, Edward a dépensé 15 000 £ pour construire la forteresse. La plus grosse somme dépensée pour l'un de ses châteaux gallois, Edward a même fait construire les murs défensifs de la ville afin de protéger ses bâtisseurs et colons anglais de la population galloise hostile locale. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Criccieth, Criccieth, Gwynedd
Propriétaire : Cadw
Construit à l'origine par Llywelyn le Grand au début du XIIIe siècle, Criccieth se dresse au-dessus de la baie de Tremadog. Plusieurs années plus tard, le petit-fils de Llywelyn, Llywelyn the Last, ajouta un mur-rideau et une grande tour rectangulaire. Le château est tombé dans un siège au roi anglais Edouard Ier en 1283, qui a encore modifié et amélioré ses défenses. Cette forteresse désormais puissante a résisté à un siège gallois dirigé par Madog ap Llewelyn en 1295, mais Owain Glyn Dŵr a scellé le sort de Criccieth lorsqu'il a capturé et brûlé le château en 1404. Ce devait être la dernière grande rébellion galloise contre la domination anglaise et le château est resté en un état ruiné jusqu'en 1933, quand il a été passé au gouvernement par Lord Harlech. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Crickhowell, Crickhowell, Powys
Propriétaire : Monument antique classé
Construit à l'origine comme une simple motte de terre et de bois et une fortification de basse-cour par la famille De Turberville au XIIe siècle, le site offre une vue imprenable sur la vallée de l'Usk. Le château fut remanié en pierre en 1272 par Sir Grimbald Pauncefote, qui avait épousé Sybil, une héritière de Turberville. Refortifié par le commandement royal d'Henri IV, Owain Glyn Dŵr a scellé le sort de Crickhowell lorsque ses forces ont saccagé le château en 1404, le laissant en ruines. Également connu sous le nom de château d'Ailsby, l'accès est libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château Cwn Camlais, Sennybridge, Powys
Monument antique programmé
Offrant une vue sur les Brecon Beacons, cette motte normande et son château de basse-cour datent du XIIe siècle. Pensé pour avoir été détruit vers 1265, il n'a jamais été reconstruit et les rares vestiges comprennent l'empreinte de décombres d'une tour ronde au sommet du monticule rocheux. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Deganwy, Deganwy, Gwynedd
Propriétaire : Monument antique classé
Situé à l'embouchure de la rivière Conwy, les rares vestiges d'une forteresse de l'âge des ténèbres ne sont plus que des fossés et des monticules au sommet d'un énorme affleurement rocheux. Siège de Maelgwn Gwynedd, roi de Gwynedd (520-547), il est probable que Deganwy ait été occupé pour la première fois à l'époque romaine. Le château a été reconstruit en pierre par le roi anglais Henri III, mais a été abandonné et finalement détruit par Llywelyn ap Gruffudd, prince de Galles en 1263. Edouard Ier a ensuite construit le château de Conwy juste en face de l'estuaire, en utilisant des matériaux recyclés de Deganwy. Les restes de pierre et l'empreinte d'aujourd'hui datent principalement de la fortification d'Henri III et se trouvent dans la banlieue de Llandudno moderne. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Denbigh, Denbigh, Clwyd
Propriétaire : Cadw
La forteresse actuelle a été construite par Edouard Ier à la suite de sa conquête du Pays de Galles au XIIIe siècle. Il a été construit sur le site d'une ancienne forteresse galloise détenue par Dafydd ap Gruffydd, le frère de Llywelyn the Last. Debout sur un promontoire rocheux surplombant la ville galloise de Denbigh, la bastide, ou colonie planifiée, a été construite en même temps que le château, une tentative d'Edward pour pacifier les Gallois.Commencé en 1282, Denbigh a été attaqué et capturé lors de la révolte de Madog ap Llywelyn, les travaux sur la ville et le château incomplets ont été interrompus jusqu'à ce qu'il soit repris un an plus tard par Henry de Lacy. En 1400, le château a résisté à un siège par les forces d'Owain Glyn Dŵr, et pendant les guerres des Roses dans les années 1460, les Lancastre sous le commandement de Jasper Tudor, ont échoué à deux reprises à prendre Denbigh. Le château a subi un siège de six mois pendant la guerre civile anglaise avant de finalement tomber aux mains des forces parlementaires, il a été méprisé pour empêcher toute utilisation ultérieure. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Dinefwr, Llandeilo, Dyfed
Propriété de : National Trust
Le premier château sur le site a été construit par Rhodri le Grand de Deheubarth, la structure en pierre actuelle date cependant du 13ème siècle et de l'époque Llywelyn le Grand de Gwynedd. À cette époque, Llywelyn étendait les limites de sa principauté. Le roi anglais Édouard Ier captura Dinefwr en 1277, et en 1403 le château survécut à un siège par les forces d'Owain Glyn Dŵr. Après la bataille de Bosworth en 1483, Henri VII a offert Dinefwr à l'un de ses généraux les plus dignes de confiance, Sir Rhys ap Thomas, qui a effectué d'importantes modifications et reconstruit le château. C'est l'un des descendants de Thomas qui a construit le manoir gothique voisin de Newton House, le château étant modifié pour être utilisé comme maison d'été. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Dolbadarn, Llanberis, Gwynedd
Propriétaire : Cadw
L'un des trois châteaux construits par le prince gallois Llywelyn le Grand au début du XIIIe siècle pour défendre les principales routes militaires à travers Snowdonia. Traditionnellement, les princes gallois n'avaient pas construit de châteaux, utilisant des palais non défendus appelés llysoedd, ou des cours à la place, Dolbadarn dispose cependant d'une grande tour ronde en pierre, décrite comme étant "le plus bel exemple survivant..." qui a recyclé une grande partie de ses matériaux pour construire son nouveau château à Caernarfon. Utilisé comme manoir pendant quelques années, le château est finalement tombé en ruine au 18ème siècle. Accès libre et gratuit à des dates et heures restreintes.
Château de Dolforwyn, Abermule, Powys
Propriétaire : Cadw
Commencée en 1273 par Llywelyn ap Gruffudd « le dernier », cette forteresse en pierre galloise est située sur une haute crête avec une nouvelle ville planifiée à ses côtés. L'un des premiers châteaux à tomber lors de la conquête du Pays de Galles par le roi anglais Édouard Ier, Dolforwyn a été assiégé et brûlé en 1277, avec la colonie. La colonie a été déplacée un peu dans la vallée et rebaptisée de manière appropriée Newtown ! À la fin du 14ème siècle, le château était tombé en ruine. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château de Dolwyddelan, Dolwyddelan, Gwynedd
Propriétaire : Cadw
Construit entre 1210 et 1240 par Llywelyn le Grand, prince de Gwynedd, le château gardait une route principale à travers le nord du Pays de Galles. En janvier 1283, Dolwyddelan fut capturé par le roi anglais Edouard Ier lors des dernières étapes de sa conquête du Pays de Galles. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Dryslwyn, Llandeilo, Dyfed
Propriétaire : Cadw
Construit vers 1220 par les princes de Deheubarth, Dryslwyn a été capturé par les forces du roi anglais Edward I en 1287. Capturé par les forces d'Owain Glyn Dŵr à l'été 1403, le château semble avoir été démoli au début du 15ème siècle, peut-être pour empêcher les rebelles gallois de l'utiliser à nouveau. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château de Dryslwyn, Llandeilo, Dyfed
Propriétaire : Cadw
Construit vers 1220 par les princes de Deheubarth, Dryslwyn a été capturé par les forces du roi anglais Edward I en 1287. Capturé par les forces d'Owain Glyn Dŵr à l'été 1403, le château semble avoir été démoli au début du 15ème siècle, peut-être pour empêcher les rebelles gallois de l'utiliser à nouveau. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château d'Ewloe, Hawarden, Clwyd
Propriétaire : Cadw
Avec sa tour en forme de D, ce château gallois typique a probablement été construit par Llywelyn ap Gruffudd 'the Last' quelque temps après 1257. Construit en pierre locale, les travaux de construction n'ont peut-être pas été achevés avant que le château ne soit capturé par le roi anglais Edward I en 1277, lors de sa conquête du Pays de Galles. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château de Flint, Flint, Clwyd
Propriétaire : Cadw
Construit par le roi d'Angleterre Édouard Ier dans sa campagne pour conquérir le Pays de Galles, Flint était le premier « Anneau de fer » d'Edward, une chaîne de forteresses encerclant le nord du Pays de Galles pour subjuguer les princes gallois indisciplinés. Sa construction débuta en 1277, sur un site choisi pour sa position stratégique, à seulement une journée de marche de Chester et à proximité d'un gué de retour vers l'Angleterre. Pendant les guerres galloises, le château fut assiégé par les forces de Dafydd ap Gruffydd, frère de Llywelyn the Last, et plus tard en 1294, Flint fut à nouveau attaqué lors de la révolte de Madog ap Llywelyn. Pendant la guerre civile anglaise, Flint était détenu par les royalistes, mais a été capturé par les parlementaires en 1647 après un siège de trois mois, le château a été méprisé pour empêcher sa réutilisation. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Grosmont, Grosmont, Gwent
Propriétaire : Cadw
La première fortification de la motte et de la basse-cour en terre et bois a été reconstruite en grès rouge local au XIIIe siècle et entourée d'une haute courtine avec trois tours de pierre. En 1267, le roi Henri III accorda le château à son deuxième fils, Edmund Crouchback, qui entreprit de transformer la forteresse en résidence royale. Attaqué en mars 1405 par une armée galloise dirigée par Rhys Gethin, le siège a finalement été relevé par les forces dirigées par le prince Henry, le futur roi anglais Henry V. Grosmont semble être tombé en désuétude après cela, comme l'indiquent les archives du début du XVIe siècle. qu'il a été abandonné. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château de Harlech, Harlech, Gwynedd
Propriétaire : Cadw
Traduit par « high rock », Harlech se dresse au sommet d'un éperon rocheux surplombant la baie de Cardigan. Construit entre 1282 et 1289 par le roi anglais Edouard Ier lors de son invasion du Pays de Galles, les travaux ont été supervisés par l'architecte préféré du roi, Jacques de St George. Le château a joué un rôle important dans plusieurs guerres galloises, résistant au siège de Madog ap Llywelyn entre 1294 et 1295, mais tombant aux mains d'Owain Glyn Dŵr en 1404. Pendant les guerres des Roses, le château a été détenu par les Lancastre pendant sept ans, avant que les troupes Yorkistes ne forcent sa capitulation en 1468. Le plus long siège de l'histoire britannique est immortalisé dans la chanson Men of Harlech. Détenu pour le roi pendant la guerre civile anglaise, Harlech fut le dernier château à tomber aux mains des forces parlementaires en mars 1647. Des heures d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Haverfordwest, Pembrokeshire, Dyfed
Propriétaire : Autorité du parc national du Pembrokeshire
La motte et la fortification originales en terre et en bois ont été reconstruites en pierre quelque temps avant 1220, lorsqu'elles ont résisté à une attaque de Llewelyn le Grand, qui avait déjà brûlé la ville. En 1289, la reine Eleanor, épouse d'Edouard Ier, acquit le château et commença à le reconstruire en résidence royale. Le château a survécu à une attaque en 1405, pendant la guerre d'indépendance d'Owain Glyn Dŵr. Pendant la guerre civile anglaise, le château a changé de mains à quatre reprises entre les royalistes et les parlementaires. Cromwell a finalement ordonné la destruction du château en 1648. Des heures d'ouverture et des frais d'entrée restreints s'appliquent.
Vieux château de Hawarden, Hawarden, Clwyd
Propriétaire : Monument antique classé
Remplaçant une ancienne motte de terre et de bois et une fortification normande, le château actuel a été reconstruit en pierre au XIIIe siècle. Pendant la lutte galloise pour l'indépendance, en 1282 Dafydd ap Gruffudd captura Hawarden lors d'une attaque coordonnée contre les châteaux anglais de la région. Irrité par un tel défi à son autorité, le roi anglais Edouard Ier ordonna que Dafydd soit pendu, tiré et écartelé. Le château a ensuite été saisi lors de la révolte de Madog ap Llywelyn en 1294. Après la guerre civile anglaise au 17ème siècle, le château a été méprisé afin d'empêcher sa réutilisation. Les ruines de l'ancien château se trouvent maintenant sur le domaine du château de New Hawarden, la grande ancienne résidence du Premier ministre britannique, W.E. Gladstone. Situé sur un terrain privé, ouvert occasionnellement au public les dimanches d'été.
Hay Castle, Hay-on-Wye, Powys
Propriétaire : Hay Castle Trust
L'une des grandes fortifications médiévales construites pour contrôler la région frontalière troublée de l'Angleterre et du Pays de Galles. Construit à la fin du XIIe siècle par le puissant seigneur normand William de Braose, le château a été saccagé par Llewelyn le Grand, en 1231, et reconstruit par Henri III qui a également ajouté les murs de la ville. Capturé par le prince Édouard (futur Édouard I) en 1264 puis par les forces de Simon de Montfort en 1265, le château résista aux avancées d'Owain Glyn Dŵr lors de l'insurrection de 1405. Le château servit de résidence aux ducs de Buckingham, jusqu'à ce que le dernier duc soit exécuté par Henri VIII en 1521. Après cela, le château tomba progressivement dans la ruine que nous voyons aujourd'hui. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Kenfig, Mawdlam, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Construite peu de temps après la conquête normande de l'Angleterre, la première fortification en terre et en bois a été reconstruite en pierre au XIIe siècle. Entre 1167 et 1295, Kenfig a été limogé par les Gallois à au moins six reprises. À la fin du XVe siècle, le château et la ville qui s'étaient développés dans son quartier extérieur avaient été abandonnés, en raison de l'empiètement des dunes de sable. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Kidwelly, Kidwelly, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
Les premières fortifications normandes en terre et en bois ont été progressivement reconstruites en pierre à partir de 1200, adoptant la dernière conception de château en forme de demi-lune. D'autres défenses ont été ajoutées et améliorées au cours des 200 années suivantes par les comtes de Lancaster. Kidwelly fut assiégé sans succès par les forces galloises d'Owain Glyn Dŵr en 1403, qui avaient déjà pris la ville. Soulagés après seulement trois semaines, le château et la ville ont été reconstruits sur les instructions du roi anglais Henry V. Peut-être familier à certains, Kidwelly apparaît comme un lieu de tournage pour le film Monty Python et le Saint Graal. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Laugharne, Kidwelly, Laugharne, Dyfed
Propriétaire : Cadw
Située au sommet d'une falaise surplombant la rivière Taf, la première petite fortification normande en terrassement a été reconstruite en pierre à la fin du XIIe siècle. Le château a été capturé par Llywelyn le Grand lors de sa campagne à travers le sud du Pays de Galles en 1215. Et encore en 1257, il a souffert dans un autre soulèvement gallois lorsque le puissant noble normand Guy De Brian a été capturé à Laugharne par Llywelyn ap Gruffudd et le château détruit. La famille de Brian a refortifié Laugharne, ajoutant les forts murs de pierre et les tours que nous voyons aujourd'hui pour contrer la menace du soulèvement d'Owain Glyndwr en 1405. Après un siège d'une semaine pendant la guerre civile anglaise du XVIIe siècle, le château a été gravement endommagé, il a ensuite été méprisé. pour empêcher toute utilisation ultérieure et laissé comme une ruine romantique. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Llanblethian, Cowbridge, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
Également connu sous le nom de château de St Quintins, du nom d'Herbert de St Quentin, qui aurait construit la première fortification en bois et en terre sur le site vers 1102. En 1245, le château et les terres ont été acquis par la famille de Clare, qui a commencé à construire la structure de pierre qui se dresse aujourd'hui. Gilbert de Clare a rencontré sa fin à la bataille de Bannockburn en 1314 et il est probable que le château n'a jamais été complètement achevé. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château de Llandovery, Llandovery, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
La première fortification normande en terre et en bois a été lancée vers 1116 et a été presque immédiatement attaquée et partiellement détruite par les forces galloises sous Gruffydd ap Rhys. Le château changea de mains plusieurs fois au cours du siècle suivant, tombant finalement aux mains du roi anglais Edouard Ier en 1277 qui refortifia les défenses. Brièvement capturé par les forces galloises de Llywelyn the Last en 1282, il fut de nouveau attaqué lors de la rébellion d'Owain Glyn Dŵr en 1403 et laissa une ruine partielle. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Llanilid, Llanilid, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Cet anneau surélevé bien conservé, ou monticule circulaire bas, protégeait autrefois une fortification normande en bois. Construites probablement par la famille St Quintin, seigneurs du manoir jusqu'en 1245, les palissades en bois du château se dressaient au sommet de la butte protégée par un fossé environnant. Il n'y a aucune preuve suggérant que les murs de pierre aient jamais remplacé la structure en bois. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Llansteffan, Llansteffan, Dyfed
Propriétaire : Cadw
Situé sur un promontoire dominant l'embouchure du Tywi, le château contrôlait une importante traversée de rivière. La première enceinte normande en terre et en bois, ou anneau, a été installée dans les anciennes défenses d'un fort de l'âge du fer. Reconstruit en pierre à partir de la fin du XIIe siècle par la famille Camville, le château fut brièvement tenu à deux reprises par les forces d'Owain Glyn Dŵr en 1403 et 1405. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château de Llantrisant, Llantrisant, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Contrôlant une route stratégiquement importante dans les vallées en contrebas, la fortification normande d'origine a été reconstruite en pierre vers 1250 par Richard de Clare, seigneur de Glamorgan. Endommagé lors d'un soulèvement gallois dirigé par Madog ap Llywelyn en 1294, et à nouveau en 1316 par Llywelyn Bren, on pense que le château a finalement pris fin en 1404 lors de la rébellion d'Owain Glyn Dŵr. Les vestiges de la tour du château se dressent aujourd'hui dans un parc au centre de la ville.
Château de Llawhaden, Llawhaden, Pembrokeshire
Propriétaire : Cadw
Le palais fortifié des évêques de St Davids, a été commencé en 1115 par l'évêque Bernard. Cette première défense cerclée de terre et de bois a été totalement reconstruite entre 1362 et 1389 par l'évêque Adam de Houghton. Le palais épiscopal beaucoup plus grand qui a évolué comprenait deux suites de résidences, une impressionnante maison de gardien à deux tours, une grande salle et une chapelle. Le palais était tombé en disgrâce au XVe siècle et était dans un état de délabrement avancé à la fin du XVIe siècle. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Loughor, Loughor, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
Contrôlant un passage stratégique de la péninsule de Gower, les défenses d'anneaux normandes d'origine surmontées d'une palissade en bois, ont été installées dans l'ancien fort romain de Leucarum. Au cours des deux siècles qui suivirent, le château fut attaqué lors du soulèvement gallois de 1151, puis capturé par les forces de Llywelyn le Grand en 1215. Le noble normand Jean de Braose acquit le château en 1220 et entreprit de réparer et de renforcer sa pierre. défenses. Loughor est tombé en désuétude à la suite de la conquête du Pays de Galles par le roi Édouard Ier et est progressivement tombé en ruine. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château De Moule, Moule, Clwyd
Propriétaire : Monument antique classé
Cette fortification de motte et de bailey en terre normande a été fondée par Robert de Montalt vers 1140. Capturé par Owain Gwynedd en 1147, le château a changé de mains plusieurs fois au cours du siècle troublé qui a suivi le long de la frontière entre l'Angleterre et le Pays de Galles. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Monmouth, Monmouth, Gwent
Propriétaire : Cadw
Construit à la fin du XIe siècle par William fitz Osbern, le château a été renforcé et agrandi au cours des siècles qui ont suivi. Résidence favorite d'Henri IV, le château vit en 1387 la naissance du futur roi Henri V. Pendant la guerre civile anglaise, Monmouth changea trois fois de mains, tombant finalement aux mains des parlementaires en 1645. Le château fut ensuite méprisé pour empêcher sa réutilisation. et une résidence connue sous le nom de Great Castle House a été construite sur le site en 1673, qui abrite aujourd'hui le musée Royal Monmouthshire Royal Engineers. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château de Montgomery, Montgomery, Powys
Propriétaire : Cadw
Construit par Henri III en 1223 pour garder la région frontalière galloise, le château et la ville fortifiée environnante n'ont pris que 11 ans pour être achevés. Montgomery a eu une vie militaire relativement courte, car après la dernière guerre galloise à la fin du XIIIe siècle, le statut du château en tant que forteresse de première ligne a été réduit. Attaquée par les forces galloises d'Owain Glyn Dŵr en 1402, la ville fut saccagée et incendiée, mais la forteresse du château résista à l'assaut. En 1643, le château a été remis aux forces parlementaires pendant la guerre civile anglaise, il a ensuite été méprisé pour empêcher qu'il ne soit à nouveau utilisé à des fins militaires. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Château de Morlais, Merthyr Tydfil, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Construit sur le site d'un fort de l'âge du fer élevé dans les hautes terres de Glamorgan, le château a été fondé vers 1287 par Gilbert de Clare, comte de Gloucester sur des terres revendiquées par Humphrey de Bohun, comte de Hereford. Ce désaccord sur l'accaparement des terres est apparemment devenu violent et en 1290, le roi Édouard Ier a été contraint d'intervenir en personne, faisant marcher ses forces dans la région pour régler le différend entre les comtes en guerre. En 1294, Morlais fut capturé par le dernier prince gallois indigène, Madog ap Llywelyn. Après la dernière guerre galloise à la fin du XIIIe siècle et en raison de son éloignement, le château a été abandonné et laissé en ruines. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Narbeth, Pays de Galles du Sud
Propriétaire : Monument antique classé
La première forteresse normande sur le site date de 1116, bien que la structure en pierre actuelle ait été érigée par Andrew Perrot au 13ème siècle. Cependant, un château beaucoup plus ancien a peut-être occupé le site, car « Castell Arbeth » est mentionné dans le Mabinogion, une collection de mythes et de légendes anciens… comme la maison de Pwyll, prince de Dyfed. Narbeth a été défendu avec succès pendant la rébellion de Glyndwr entre 1400 et 1415, mais a été «légèrement» après avoir été prise par Oliver Cromwell pendant la guerre civile anglaise. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Neath, Neath, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Construit pour garder un passage de la rivière Nedd, les Normands ont érigé leur première fortification en terre et en bois aux côtés d'un ancien site romain en 1130. Soumis à des raids presque continus des Gallois, le château a été reconstruit en pierre au début du 13ème siècle, peut-être après avoir été détruit par Llywelyn ap Iorwerth en 1231. Au début du 14ème siècle, le château fut à nouveau saccagé, cette fois par les ennemis du propriétaire de l'époque, le seigneur extrêmement impopulaire de Glamorgan, Hugh le Despenser, favori d'Edouard II. Ce sont les travaux de reconstruction qui ont suivi cette dernière altercation qui ont produit la grande maison de gardien que nous voyons aujourd'hui.
Château de Nevern, Pembrokeshire, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
Également connu sous le nom de Castell Nanhyfer, la première fortification normande en terre et en bois a été érigée sur un site de l'âge du fer beaucoup plus ancien vers 1108. Construit par Robert fitz Martin, seigneur de Cemmaes, le château a été capturé et Robert expulsé pendant la rébellion galloise de 1136. Les fitz Martin reprirent Nevern lorsque William fitz Martin épousa Angharad, la fille du seigneur gallois Rhys ap Gruffudd. Lord Rhys semble avoir été repensé lorsqu'en 1191, il a pris d'assaut le château et l'a remis à son fils, Maelgwyn. Après la dernière guerre galloise à la fin du XIIIe siècle, le château a été abandonné et laissé en ruines. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Newcastle, Bridgend, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Construit à l'origine comme une fortification annulaire normande en 1106, par William de Londres, l'un des légendaires douze chevaliers de Glamorgan. Ces premières défenses en bois ont été renforcées et reconstruites en pierre vers 1183, en réponse à un soulèvement gallois dirigé par le seigneur d'Afon, Morgan ap Caradog. Propriété de la famille Turberville pendant de nombreuses années, qui en avait peu l'utilité car leur siège principal se trouvait au château voisin de Coity, il semble être tombé en désuétude après cela. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Newcastle Emlyn, Newcastle Emlyn, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
Pensé pour avoir été fondé vers 1215, c'est un exemple très ancien d'un château gallois construit en pierre. Entre 1287 et 1289, le château changea de mains trois fois lors de la révolte galloise de Rhys ap Maredudd contre la domination anglaise. Après que Rhys eut été vaincu et tué, Newcastle devint propriété de la couronne et ses défenses furent étendues et améliorées, y compris l'ajout de l'impressionnante maison de gardien. Une nouvelle ville planifiée, ou arrondissement, a également été établie à l'extérieur des murs du château. Le château a été pris par Owain Glyn Dŵr en 1403, laissé en ruines, il a été transformé en manoir vers 1500. Après s'être rendu aux forces parlementaires pendant la guerre civile anglaise, le château a explosé pour le rendre indéfendable, il est rapidement tombé en désuétude après cette. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Newport (Pembrokeshire), Newport, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
Le château normand et la colonie environnante ont été construits vers 1191, par William fitz Martin. Fitz Martin avait été expulsé de la maison familiale du château de Nevern par son beau-père, le seigneur Rhys, et avait fondé Newport pour servir de centre administratif au district de Cemais. Capturé et détruit à au moins deux reprises par les Gallois, d'abord par Llywelyn le Grand, et plus tard par Llywelyn le Dernier, les vestiges du château actuel datent principalement d'après cette destruction. Le château a été partiellement restauré et transformé en résidence en 1859, aujourd'hui propriété privée, la visite se fait uniquement depuis les environs.
Château de Newport, Newport, Gwent
Propriétaire : Cadw
Le château actuel date du début du 14e siècle, bien que les bâtiments appartiennent aux derniers 14e et 15e siècles. Les preuves d'une ancienne fortification normande construite par Gilbert de Clare ont été détruites pour faire place au Great Western Railway d'Isambard Kingdom Brunel dans les années 1840. Le nouveau château a été construit par le beau-frère de Clare, Hugh d'Audele, lorsque Newport est devenu le centre administratif de Wentloog. Construit sur les rives de la rivière Usk, la conception permettait aux petits bateaux d'entrer dans le château par la guérite à marée haute. En ruines au XVIIe siècle, la motte du château et le reste de la cour ont été édifiés. Actuellement fermé pour des raisons de santé et de sécurité
Château d'Ogmore, Bridgend, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
Construit par William de Londres pour garder un passage stratégique de la rivière Ewenny, le premier château normand en terre et en bois a été rapidement reconstruit en pierre peu après 1116. En plus et en se fortifiant au cours des années qui ont suivi, la famille Londres a occupé Ogmore jusqu'en 1298, quand par mariage, il est devenu une partie du duché de Lancaster. Endommagé lors de la rébellion d'Owain Glyn Dŵr en 1405, le château est progressivement tombé en désuétude au cours du XVIe siècle. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.
Vieux Château de Beaupré
Propriétaire : Cadw
Peut-être plus un manoir médiéval fortifié qu'un château, certaines parties de Beaupré datent d'environ 1300. Largement remanié pendant la période Tudor, d'abord par Sir Rice Mansel, puis par des membres de la famille Basset. L'écusson de la famille Basset est encore visible sur des panneaux à l'intérieur du porche. Beaupré est tombé en désuétude au début du XVIIIe siècle, lorsque les propriétaires de l'époque, la famille Jones, ont déménagé à New Beaupré. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château d'Oxwich, Oxwich, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
Plus un grand manoir Tudor qu'un château, Oxwich a été construit par Sir Rice Mansel au début des années 1500 pour offrir un hébergement familial élégant. L'une des familles les plus influentes de Glamorgan, Sir Edward Mansel a considérablement enrichi le travail de son père en créant une gamme encore plus grandiose contenant une salle impressionnante et une longue galerie élégante. Lorsque la famille a déménagé dans les années 1630, le manoir est tombé en ruine. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château d'Oystermouth, The Mumbles, Glamorgan
Propriétaire : conseil municipal de la ville de Swansea
Fondé par le noble normand Guillaume de Londres vers 1106, le premier château sur le site était une simple fortification cerclée de terre et de bois. William avait construit plusieurs châteaux similaires autour du Gower pour tenter d'assurer le contrôle de la région à Henry Beaumont, comte de Warwick. Insoumis, le château est saccagé par les Gallois en 1116 et Guillaume est contraint de fuir. Reconstruit à nouveau en pierre peu de temps après, le château changea de mains plusieurs fois entre 1137 et 1287, et en 1331, les seigneurs de Gower vivaient ailleurs. Le château a progressivement diminué en importance et après le Moyen Âge est tombé en ruine. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Pembroke, Pembroke, Dyfed
Propriétaire : Famille Philipps
Situé sur un promontoire rocheux gardant l'estuaire de la Cleddau, le premier château normand du site était une fortification de type motte et bailey en terre et bois. Construit par Roger de Montgomery lors de l'invasion normande du Pays de Galles en 1093, le château a résisté à plusieurs attaques et sièges gallois dans les décennies qui ont suivi. En 1189, Pembroke est acquis par le chevalier le plus célèbre de l'époque, William Marshal. Le comte maréchal a immédiatement entrepris de reconstruire le fort de terre et de bois dans la grande forteresse médiévale en pierre que nous voyons aujourd'hui. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Penmark, Penmark, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Au-dessus d'un profond ravin de la rivière Waycock, Gilbert de Umfraville a construit la première fortification de motte et de bailey en terre et en bois sur le site au 12ème siècle. Plus tard reconstruit en pierre, le château passa à Oliver de St John lorsqu'il épousa la jeune héritière Elizabeth Umfraville, au début du 14ème siècle. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Pennard, Parkmill, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Construit à l'origine comme une fortification de type annulaire normande avec des palissades en bois au sommet d'un monticule de terre, le château a été fondé par Henry de Beaumont, comte de Warwick, après avoir obtenu la seigneurie de Gower en 1107. Par la suite reconstruit en pierre locale à la fin XIIIe siècle, comprenant une courtine entourant une cour centrale avec tour carrée. Dominant la vue sur la baie des Trois Falaises, le sable soufflant d'en bas a conduit à l'abandon du château vers 1400. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Penrice, Penrice, Glamorgan
Propriétaire : Monument antique classé
Construit par la famille de Penrice qui a reçu le terrain sur lequel se dresse le château pour sa part lors de la conquête normande de Gower au 13ème siècle. Lorsque la dernière héritière de Penrice se maria en 1410, le château et ses terres passèrent à la famille Mansel. La courtine en pierre et le donjon central du château ont été endommagés pendant la guerre civile anglaise du XVIIe siècle et aménagés dans les jardins du manoir voisin au XVIIIe siècle. Situé sur un terrain privé, peut être vu du sentier adjacent.
Château de Picton, Pembrokeshire, Dyfed
Propriété de : Picton Castle Trust
Le château de motte normand d'origine a été reconstruit en pierre par Sir John Wogan au 13ème siècle. Attaqué puis occupé par les troupes françaises soutenant la rébellion d'Owain Glyn Dŵr de 1405, le château fut à nouveau saisi pendant la guerre civile anglaise en 1645 par les forces parlementaires. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Powis, Welshpool, Powys
Propriété de : National Trust
À l'origine la forteresse d'une dynastie de princes gallois, on pense que la première structure en bois a été reconstruite en pierre par Llewelyn ap Gruffudd, quelque temps après qu'il eut assiégé et détruit le château en 1274. Remodelée et embellie au cours des siècles, la forteresse médiévale a été progressivement transformé en le grand manoir de campagne qu'il est aujourd'hui. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Prestatyn, Prestatyn, , Clwyd
Propriétaire : Monument antique classé
Construite vers 1157 par Robert de Banastre, cette fortification de type motte et basse-cour en terre et en bois normande a été renforcée à un moment donné par l'ajout d'un mur de pierre entourant la basse-cour. Détruit par Owain Gwynedd en 1167, le château ne semble pas avoir été reconstruit. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Raglan, Raglan, Gwent
Propriétaire : Cadw
Commencé dans les années 1430, avec déjà quelque 150 ans de retard pour la construction du château, Raglan semble avoir été construit pour le spectacle plutôt que pour la défense. Les générations successives des familles Herbert et Somerset se sont affrontées pour créer un luxueux château fort, doté d'un grand donjon et de tours, le tout entouré d'un parc paysager, de jardins et de terrasses. Assiégé par les forces d'Oliver Cromwell pendant treize semaines au cours des dernières étapes de la guerre civile anglaise, le château s'est finalement rendu et a été méprisé ou endommagé pour empêcher sa réutilisation. Après la restauration de Charles II, les Somerset ont décidé de ne pas restaurer le château. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Rhuddlan, Rhuddlan, Clwyd
Propriétaire : Cadw
Construit par le roi anglais Edouard Ier en 1277 à la suite de la première guerre galloise, sous la supervision du maître architecte préféré du roi, James of St George, Rhuddlan n'a été achevé qu'en 1282. Pour s'assurer que le château puisse toujours être atteint en cas de troubles , Edward fit détourner et draguer la rivière Clwyd sur plus de 2 milles pour fournir un canal en eau profonde pour la navigation. À peine deux ans plus tard, après la défaite de Llewellyn the Last, le statut de Rhuddlan a été signé au château qui a officialisé la domination anglaise sur le Pays de Galles. Attaqué lors du soulèvement gallois de Madog ap Llywelyn en 1294, et à nouveau par les forces d'Owain Glyn Dŵr en 1400, le château a tenu bon à ces deux occasions. Pendant la guerre civile anglaise, Rhuddlan a été capturé par les forces parlementaires à la suite d'un siège en 1646, des parties du château ont été détruites pour empêcher sa réutilisation. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Skenfrith, Skenfrith, Gwent
Propriété de : National Trust
Situé sur les rives de la rivière Monnow, les premières défenses en bois et en terre ont été construites peu de temps après la conquête normande de l'Angleterre en 1066. Construit pour fournir des défenses frontalières contre les attaques galloises, le premier château a été remplacé par une forteresse en pierre plus importante au début 13ème siècle. Bien que Skenfrith ait brièvement participé à la rébellion d'Owain Glyn Dŵr en 1404, en 1538, le château avait été abandonné et tomba progressivement en ruine. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de St Clears, St Clears, Dyfed
Propriétaire : Monument antique classé
Situé entre les rives des rivières Tâf et Cynin, ce château normand en motte et bailey en terre et en bois a été érigé au XIIe siècle. Juste en dessous du château, un petit port sur la rivière Tâf gardait le château et le bourg de St Clairs, ou ville nouvelle, approvisionnés en l'essentiel de la vie médiévale. Le château a résisté à la capture lors de la rébellion d'Owain Glyn Dŵr de 1404. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de St Donat, Llantwit Major, Glamorgan
Propriété de : UWC Atlantic College
Datant principalement du XIIIe siècle, avec des ajouts substantiels aux XVe et XVIe siècles, le château de St Donat est resté en occupation presque continue depuis sa construction. Au fil des siècles, les générations successives de la famille Stradling ont progressivement transformé le bâtiment d'une forteresse militaire en une confortable maison de campagne. Le château abrite aujourd'hui l'UWC Atlantic College, un sixième collège international, et dans l'enceinte du château se trouve le centre des arts de St Donat. L'accès des visiteurs est généralement limité aux week-ends d'été.
Château de Swansea, Swansea, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
La première fortification normande en terre et en bois fut construite vers 1106, sur un terrain concédé à Henry de Beaumont, seigneur de Gower, par le roi anglais Henri Ier. Dès sa construction, le château fut attaqué par les Gallois. Après plusieurs tentatives infructueuses, le château est finalement tombé aux mains des forces galloises en 1217. Restauré à Henri III d'Angleterre en 1220, le château a été reconstruit en pierre entre 1221 et 1284. Le château a cessé d'avoir un rôle militaire majeur après la pacification du Pays de Galles par Edouard Ier et les bâtiments du château ont été vendus, démolis ou réutilisés. Accès libre et gratuit pour une visualisation externe à des dates et heures restreintes.
Château de Tenby, Tenby, Pembrokeshire
Propriétaire : Monument antique classé
Construit par les Normands lors de leur invasion de l'ouest du Pays de Galles au XIIe siècle, le château comprenait une tour en pierre entourée d'une courtine. Capturé et détruit par Maredudd ap Gruffydd et Rhys ap Gruffydd en 1153, le château fut à nouveau assiégé par les Gallois en 1187. À la fin du XIIIe siècle, le château et la ville passèrent en possession du chevalier français Guillaume de Valence, qui ordonna la construction des murs défensifs en pierre de la ville. Avec de nombreux autres châteaux de la région, Tenby a cessé d'avoir un rôle militaire majeur après la pacification du Pays de Galles par le roi Édouard I et aurait été largement abandonné en tant que fortification défensive. En 1648, pendant la guerre civile anglaise, les forces royalistes ont tenu le château de Tenby pendant 10 semaines jusqu'à ce qu'elles soient affamées et obligées de se rendre par les parlementaires assiégeants. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Tomen y Bala, Bala, Gwynedd
Propriétaire : Monument antique classé
Construit peu de temps après la conquête normande de l'Angleterre, le sommet de la motte de terre, ou monticule, aurait à l'origine été surmonté d'une palissade en bois. Peut-être un centre administratif pour la région, il a été saccagé en 1202, lorsque Llywelyn ap Iorwerth, le prince Llywelyn le Grand, a chassé Elis ap Madog, seigneur de Penllyn. Le château devait encore être utilisé en 1310, lorsque Bala a été fondée en tant que bourg anglais, ou établissement planifié, à côté de lui. Grimpez sur la motte pour découvrir le plan quadrillé typique des rues médiévales qui dicte encore le tracé du centre-ville actuel. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Tomen-y-Mur, Trawsfynydd, Gywnedd
Propriétaire : Monument antique classé
Construit dans les murs d'un fort romain du 1er siècle, les Normands ont réoccupé et fortifié le site en érigeant une importante motte de terre, ou monticule. Il est possible que la motte surmontée de sa palissade en bois ait été construite par William Rufus en 1095, pour contrer l'insurrection galloise. Le nom Tomen y Mur se traduit simplement par Monticule dans les murs. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Tomen-y-Rhodwydd, Ruthin, Clwyd
Propriétaire : Monument antique classé
Érigée vers 1149 par le prince gallois Owain Gwynedd, cette fortification de type motte et bailey en terre et en bois a été construite pour protéger les frontières de sa principauté. Le château en bois a résisté jusqu'en 1157, date à laquelle il a été incendié par Iorwerth Goch ap Maredudd de Powys. Le château fut à nouveau fortifié en 1211 et utilisé par le roi anglais Jean lorsqu'il envahit Gwynedd dans sa campagne contre Llywelyn ap Iorwerth, Llywelyn le Grand. Situé sur un terrain privé, mais peut être vu de la route principale adjacente.
Château et cour de Tretower, Tretower, Powys
Propriétaire : Cadw
La première fortification normande de type motte et bailey en terre et en bois a été érigée sur le site au début du XIIe siècle. Un donjon cylindrique en pierre a remplacé le fort en bois au sommet de la motte vers 1150, et d'autres défenses en pierre ont été ajoutées au 13ème siècle. Au début du 14ème siècle, de nouveaux bâtiments résidentiels ont été construits à une certaine distance des fortifications d'origine, formant la Tretower Court. Les seigneurs de Tretower ont apparemment favorisé l'environnement plus luxueux de la cour et le château est progressivement tombé en ruine. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Twthill, Rhuddlan, Clwyd
Propriétaire : Cadw
Sur un éperon de terre surplombant la rivière Clwyd, cette fortification de type motte et bailey en terre et en bois a été construite par Robert de Rhuddlan en 1073, pour consolider les avancées normandes dans le nord du Pays de Galles. On prétend que le site était à l'origine occupé par le palais royal de Gruffud ap Llewelyn. Twthill a changé de mains plusieurs fois au cours des XIIe et XIIIe siècles, mais est tombé en désuétude dans les années 1280, lorsque le nouveau château de Rhuddlan d'Edouard Ier a été construit à une courte distance en aval de la rivière. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château d'Usk, Usk, Gwent
Propriétaire : Monument antique classé
Debout sur une colline gardant une traversée de la rivière Usk, le premier château normand a été construit par la famille de Clare vers 1138. Les défenses du château ont été considérablement renforcées et améliorées par le plus célèbre chevalier médiéval de son époque, Sir William Marshal, comte de Pembroke, qui avait épousé Isabella, une héritière de Clare. Le château passa entre de nombreuses mains au XIVe siècle, dont la célèbre famille Despenser. Après la mort d'Edouard II en 1327, Usk fut reconquise par Elizabeth de Burgh, qui dépensa de l'argent pour reconstruire et remodeler le château. Assiégés lors de la rébellion d'Owain Glyn Dŵr en 1405, les défenseurs, dirigés par Richard Gray de Codnor, mirent en déroute les assaillants tuant quelque 1 500 Gallois. Selon une source, 300 prisonniers ont ensuite été décapités à l'extérieur des murs du château. Accès libre et gratuit à toute heure raisonnable.
Château de Weobley, Llanrhidian, Glamorgan
Propriétaire : Cadw
Peut-être plus un manoir fortifié qu'un château, Weobley a été construit par la famille « élégante et raffinée » de la Bere au début du 14ème siècle. Gravement endommagé lors de la rébellion d'Owain Glyn Dŵr en 1405, Sir Rhys ap Thomas a prodigué des fonds pour transformer Woebley en une résidence luxueuse qui refléterait son nouveau statut social de gouverneur du Pays de Galles. Rhys avait récemment été fait chevalier sur le champ de bataille de Bosworth après avoir tué Richard III, en août 1485. Des heures d'ouverture et des frais d'entrée restreints s'appliquent.
Château blanc, Llantilio Crossenny, Gwent
Propriétaire : Cadw
Le château tire son nom du badigeon qui ornait autrefois les murs de pierre appelés à l'origine château de Llantilio. Il est maintenant le mieux conservé des trois châteaux, à savoir White, Skenfrith et Grosmont. Le terme Les Trois Châteaux fait référence au fait que pendant une grande partie de leur histoire, ils ont gardé un seul bloc de territoire sous le contrôle du seigneur Hubert de Burgh. La vallée de Monnow était une route importante entre Hereford et le sud du Pays de Galles à l'époque médiévale. Contrairement à ses voisins, White Castle n'a pas été construit dans un souci de logement résidentiel, ce qui suggère qu'il ne servait que de forteresse défensive. Avec de nombreux autres châteaux de la région, le château blanc a cessé d'avoir un rôle militaire majeur après la pacification du Pays de Galles par le roi Édouard I et aurait été largement abandonné après le 14ème siècle. Des horaires d'ouverture et des frais d'entrée limités s'appliquent.
Château de Wiston, Haverfordwest, Pembrokeshire
Cadw
Construite vers 1100, cette fortification typique de la motte et de la basse-cour normande a en fait été construite par un chevalier flamand nommé Wizo, dont le château tire son nom. Capturé deux fois par les Gallois au XIIe siècle, il fut rapidement repris à chaque fois. Démoli par Llywelyn le Grand en 1220, Wiston a ensuite été restauré par William Marshal mais a finalement été abandonné lors de la construction du château de Picton à la fin du XIIIe siècle. Accès libre et gratuit à des dates et horaires restreints.

HORAIRES D'OUVERTURE

Le château de Cardiff est l'une des principales attractions patrimoniales du Pays de Galles et un site d'importance internationale.

Situé dans un magnifique parc au cœur de la capitale. À la fois fort romain, forteresse normande et chef-d'œuvre du gothique victorien, les murs et les tours de conte de fées du château de Cardiff cachent 2000 ans d'histoire.

Le château que vous voyez aujourd'hui, au cœur de la capitale, est à la fois un fort romain, un impressionnant château normand et un extraordinaire palais de fantaisie gothique victorien, créé pour l'un des hommes les plus riches du monde.

Au XIXe siècle, l'architecte d'art William Burges a créé un monde de rêve médiéval pour le 3e marquis de Bute. Pour le monde de rêve médiéval victorien ultime, découvrez les spectaculaires appartements de conte de fées, riches de peintures murales, de dorures et de sculptures sur bois élaborées, de vitraux et de marbre.

Avec le mur romain exposé à voir, le donjon médiéval à escalader et les abris de guerre atmosphériques à explorer, assurez-vous de prévoir suffisamment de temps pour votre visite.

PLUS D'INFORMATION

Adultes : 13,50 £
Enfants (5-16) : 9,50 £
Tarif réduit : 11,50 £
Moins de 5 ans : GRATUIT

Pour un petit supplément, vous pouvez suivre les traces de la famille Bute en accompagnant l'un de nos guides experts lors d'une visite fascinante et informative des spectaculaires quartiers d'habitation victoriens. La visite dure env. 50 minutes et est essentiel si vous cherchez à approfondir un peu l'histoire de ce bâtiment étonnant.

Si vous vivez ou travaillez à Cardiff, vous pouvez demander une clé de château qui vous donne une entrée GRATUITE à cette attraction patrimoniale de classe mondiale pendant 3 ans.

Il y a des frais d'administration de 6,50 £ par carte Castle Key émise.

Il n'y a pas de frais pour les enfants (moins de 16 ans)

Situé dans le centre d'accueil clair et spacieux du château, le Keep Terrace Bistro propose une sélection de plats chauds, de sandwichs, de plats du jour du chef et de douceurs sucrées, ainsi qu'une gamme de cafés et de mélanges de thé.

La boutique de cadeaux Castle propose une sélection éclectique de beaux cadeaux et souvenirs, inspirés des collections Castle.

Un billet à tarif réduit est disponible pour les visiteurs handicapés, un seul accompagnateur peut entrer gratuitement avec chaque visiteur handicapé. Notez que les appartements du château contiennent de nombreuses marches et escaliers en colimaçon et pour cette raison, les visites guidées ne sont pas adaptées aux personnes en fauteuil roulant ou aux poussettes.


Les caractéristiques des châteaux Shell Keep

L'idée simple derrière le Shell Keep était de réenvelopper un château existant dans une veste de pierre. Plutôt que d'aller aux grandes dépenses de la reconstruction des entrailles du château, Shell Keeps a remplacé le mur extérieur en bois qui encerclait auparavant le château.

La coquille de la tour Clifford, à York, est le seul vestige de l'ancien château de York. Crédit : Duncan Harris, CC-BY-2.0.

Cela signifiait que le Shell contenait simplement les bâtiments en bois existants et n'agissait qu'un bouclier contre les attaquants. Il s'agissait d'un raffinement de la conception d'un château existant et non d'une nouvelle forme de construction de château.

Les donjons aux coquillages avaient tendance à être de forme ovale, circulaire ou polygonale et encerclaient complètement les tours et les bâtiments en bois du château. Certains comprenaient de simples passerelles ou tours, bien que ce ne soient pas la norme.

À l'origine, ces Shell Keeps avaient peu de communication avec le contenu du château - les nouveaux murs avaient peu de relations structurelles avec les composants en bois à l'intérieur.

Cependant, au fil du temps, les habitants du château ont commencé à construire de nouveaux bâtiments en bois adossés aux murs de pierre de Shell.


Shell garder

Le style du « Shell Keep » était un premier pas pour remplacer la pratique de construction traditionnelle (alors) consistant à utiliser des méthodes de construction en bois pour créer une structure plus durable et plus solide. Le premier motif de conception utilisé était une forme de coquille de mer (devant arrondi avec un dos carré). Certains donjons arrondis sont également connus sous le nom de donjons à coquillages. Il s'agissait d'un identificateur plus visuel en raison des arêtes supérieures du Keep Top balayant vers le bas. Avec un attrait visuel, la véritable utilisation de ce modèle était de permettre au missile de siège de frapper à un angle (désamorcer la force d'impact initiale) et de tomber ensuite vers le bas.

Plus légers au niveau supérieur ou supérieur du donjon (poids de pierre), les donjons à coquillages ont été progressivement rendus "plus lourds" au fur et à mesure qu'ils se dirigeaient vers leur fond ou leurs fondations. Ces pierres massives ont été placées pour éviter les mesures de contre-exploitation minière (une tactique de siège médiévale populaire). Une pratique de construction anglo-saxonne (XIe siècle après JC), peut-être l'un des exemples les mieux cités d'un donjon aux coquillages existant est celui du château de Windsor en Angleterre.

Copyright & copie 2013 - 2021 StrongholdNation.

Copie non autorisée de tout le genre est strictement interdite.


Le donjon normand au château de Cardiff au Pays de Galles, Royaume-Uni - août 2017

Le donjon à douze côtés de Cardiff est le plus beau du pays de Galles et est connu sous le nom de donjon « coquille ». Ses murs extérieurs fournissaient une enveloppe pour les bâtiments plus petits à l'intérieur. Du haut du donjon, les vues panoramiques sur la ville sont à couper le souffle et au nord, vous pouvez voir jusqu'à Castell Coch. Il y a environ 50 marches de pierre raides menant à l'entrée du donjon et d'autres marches pour atteindre la plate-forme d'observation, mais cela en vaut la peine !

Le château de Cardiff (en gallois : Castell Caerdydd) est un château médiéval et un manoir néo-gothique victorien situé dans le centre-ville de Cardiff, au Pays de Galles. La motte et le château d'origine ont été construits à la fin du XIe siècle par des envahisseurs normands au sommet d'un fort romain du IIIe siècle. Le château a été commandé soit par Guillaume le Conquérant, soit par Robert Fitzhamon, et formait le cœur de la ville médiévale de Cardiff et du territoire Marcher Lord de Glamorgan. Au XIIe siècle, le château a commencé à être reconstruit en pierre, probablement par Robert de Gloucester, avec un donjon aux coquillages et d'importants murs défensifs érigés. D'autres travaux ont été menés par Richard de Clare, 6e comte de Gloucester, dans la seconde moitié du 13e siècle. Le château de Cardiff a été impliqué à plusieurs reprises dans les conflits entre les Anglo-Normands et les Gallois, étant attaqué à plusieurs reprises au XIIe siècle et pris d'assaut en 1404 lors de la révolte d'Owain Glyndŵr.

Après avoir été détenu par les familles de Clare et Despenser pendant plusieurs siècles, le château a été acquis par Richard de Beauchamp en 1423. Richard a mené d'importants travaux sur le château, fondant la gamme principale sur le côté ouest du château, dominé par une haute tour octogonale . Après les guerres des roses, le statut du château en tant que territoire des marcheurs a été révoqué et son importance militaire a commencé à décliner. La famille Herbert a repris la propriété en 1550, remodelant des parties de la gamme principale et effectuant des travaux de construction dans la cour extérieure, alors occupée par le Shire Hall de Cardiff et d'autres bâtiments. Au cours de la guerre civile anglaise, le château de Cardiff a d'abord été pris par une force parlementaire, mais a été récupéré par des partisans royalistes en 1645. Lorsque les combats ont repris en 1648, une armée royaliste a attaqué Cardiff dans le but de reprendre le château, menant à la bataille de St Fagans juste à l'extérieur de la ville. Le château de Cardiff a échappé à une destruction potentielle par le Parlement après la guerre et a été placé en garnison, probablement pour se protéger contre une éventuelle invasion écossaise.

Au milieu du XVIIIe siècle, le château de Cardiff passa aux mains des marquis de Bute. John Stuart, le premier marquis, a employé Capability Brown et Henry Holland pour rénover la chaîne principale, la transformer en un manoir géorgien et aménager le parc du château, démolissant de nombreux bâtiments et murs médiévaux plus anciens. Au cours de la première moitié du 19e siècle, la famille est devenue extrêmement riche en raison de la croissance de l'industrie charbonnière à Glamorgan. Le troisième marquis, John Crichton-Stuart, a utilisé cette richesse pour soutenir un vaste programme de rénovations sous William Burges. Burges a remodelé le château dans un style néo-gothique, prodiguant argent et attention à la gamme principale. Les aménagements intérieurs qui en résultent sont considérés comme parmi "les plus magnifiques que le renouveau gothique ait jamais réalisés".[2] Le parc a été réaménagé et, suite à la découverte des anciens vestiges romains, des murs reconstruits et une maison de gardien de style romain ont été intégrés à la conception du château. De vastes parcs paysagers ont été aménagés autour de l'extérieur du château.

Au début du XXe siècle, le quatrième marquis hérite du château et les travaux de construction se poursuivent jusque dans les années 1920. Les terres de Bute et les intérêts commerciaux autour de Cardiff ont été vendus ou nationalisés jusqu'à ce que, au moment de la Seconde Guerre mondiale, il ne reste plus grand chose que le château. Pendant la guerre, de vastes abris anti-aériens ont été construits dans les murs du château, ils pouvaient contenir jusqu'à 1 800 personnes. À la mort du marquis en 1947, le château fut donné à la ville de Cardiff. Aujourd'hui, le château est géré comme une attraction touristique, le parc abritant le musée régimentaire et le centre d'interprétation de la "ligne de tir". Le château a également servi de lieu pour des événements, y compris des spectacles musicaux et des festivals.

Le futur site du château de Cardiff a d'abord été utilisé par les Romains comme emplacement défensif pendant de nombreuses années.[3] Le premier fort a probablement été construit vers 55 après JC et occupé jusqu'en 80 après JC[4]. C'était une structure rectangulaire beaucoup plus grande que le site actuel et faisait partie de la frontière romaine méridionale au Pays de Galles lors de la conquête des Silures.[5] Lorsque la frontière a avancé, les défenses sont devenues moins importantes et le fort a été remplacé par une séquence de deux fortifications, beaucoup plus petites, du côté nord du site actuel.[6]

Un quatrième fort a été construit au milieu du IIIe siècle afin de lutter contre la menace des pirates le long de la côte, et constitue la base des vestiges romains vus sur le site du château.[7] Le fort était de conception presque carrée, mesurant environ 635 pieds (194 m) sur 603 pieds (184 m) de large, construit à partir de calcaire apporté par mer de Penarth.[8] La forme irrégulière du fort a été déterminée par la rivière Taff qui coulait le long du côté ouest des murs.[9] La mer se serait rapprochée beaucoup plus du site qu'au XXIe siècle et le fort aurait directement surplombé le port[8]. Ce fort romain a probablement été occupé au moins jusqu'à la fin du 4ème siècle, mais on ne sait pas quand il a finalement été abandonné.[10] Il n'y a aucune preuve de la réoccupation du site jusqu'au 11ème siècle.[10]

Plan du château au XXIe siècle A - Porte nord B - motte et donjon aux coquillages C - basse-cour extérieure D - logis principaux E - basse-cour intérieure F - la Tour de l'Horloge G - la Tour Noire H - Porte sud et tour barbacane

Les Normands ont commencé à faire des incursions dans le sud du Pays de Galles à partir de la fin des années 1060, poussant vers l'ouest depuis leurs bases dans l'Angleterre récemment occupée.[11] Leur avancée est marquée par la construction de châteaux, fréquemment sur d'anciens sites romains, et la création de seigneuries régionales[12]. La réutilisation des sites romains a produit des économies considérables dans la main-d'œuvre nécessaire pour construire de grandes fortifications en terre.[13]

Le château de Cardiff a été construit pendant cette période. Il y a deux dates possibles pour la construction : Guillaume le Conquérant a peut-être construit un château à Cardiff dès 1081 à son retour de son pèlerinage à St Davids.[14] Alternativement, la première fortification normande a peut-être été construite vers 1091 par Robert Fitzhamon, le seigneur de Gloucester.[15] Fitzhamon a envahi la région en 1090 et a utilisé le château comme base pour l'occupation du reste du sud de Glamorgan au cours des prochaines années.[16] Le site était proche de la mer et pouvait être facilement approvisionné par bateau, était bien protégé par les rivières Taff et Rhymney et contrôlait également l'ancienne voie romaine longeant la côte.[17]

Le château de Cardiff était une conception de motte-and-bailey. Les anciennes murailles romaines s'étaient effondrées et les Normands utilisaient leurs restes comme base pour le périmètre extérieur du château, creusant une tranchée défensive et jetant une banque de terre de 27 pieds (8,2 m) de haut sur les fortifications romaines.[18] Les Normands ont ensuite divisé le château avec un mur intérieur pour former une cour intérieure et une cour extérieure. Dans le coin nord-ouest du château, un donjon en bois a été construit au sommet d'une motte en terre de 40 pieds (12 m) de haut, entourée d'un fossé de 30 pieds (9,1 m) de large.[19] La motte était la plus grande construite au Pays de Galles.[20] La superficie totale du château était d'environ 8,25 acres (3,34 ha) la cour intérieure était d'environ 2 acres (0,81 ha) de superficie.[21] Les moulins étaient essentiels aux communautés locales pendant cette période, et le moulin du château était situé à l'extérieur du côté ouest du château, alimenté par la rivière Taff en vertu de la loi féodale locale, les habitants de Cardiff devaient utiliser ce moulin pour moudre leur propre grain. [22]

Les terres conquises à Glamorgan étaient distribuées sous forme de forfaits appelés honoraires de chevalier, et nombre de ces chevaliers détenaient leurs terres à condition de fournir des forces pour protéger le château de Cardiff.[23] Selon cette approche, appelée système de garde du château, certains chevaliers étaient tenus de maintenir des bâtiments appelés « maisons » à l'intérieur du château lui-même, dans la cour extérieure.[24] Les paysans anglo-saxons se sont installés dans la région autour de Cardiff, apportant avec eux les coutumes anglaises, bien que les seigneurs gallois aient continué à gouverner les districts les plus éloignés de manière presque indépendante jusqu'au 14ème siècle.[25] Le château de Cardiff était un territoire de Marcher Lord, bénéficiant de privilèges spéciaux et d'une indépendance vis-à-vis de la couronne anglaise. La ville médiévale de Cardiff s'étendait du côté sud du château.[26]

Une partie du mur romain reconstruit (l), les fondations du mur intérieur de la cour intérieure et la guérite nord romaine reconstruite (r)

FitzHamon a été mortellement blessé à la bataille de Tinchebray en 1106 et est décédé peu de temps après.[27] Henri Ier a ensuite donné le château en 1122 à Robert de Gloucester, le fils illégitime du roi et le mari de la fille de FitzHamon, Mabe.[28] Après la tentative ratée de Robert Curthose, duc de Normandie, fils aîné de Guillaume le Conquérant, de prendre l'Angleterre à Henri Ier, Robert de Normandie fut emprisonné dans le château jusqu'à sa mort en 1134.[29] Robert a tenu le château pendant les années troublées de l'anarchie en Angleterre et au Pays de Galles, et l'a transmis à son fils, William Fitz Robert.[30] Vers le milieu du siècle, peut-être sous Robert de Gloucester, un donjon à coquillages de 77 pieds (23 m) de large et 30 pieds (9 m) de haut a été construit au sommet de la motte, avec un mur de pierre autour du sud et côtés ouest de la cour intérieure.[31] Le donjon polygonal de la coquille a des liens architecturaux avec une conception similaire au château d'Arundel.[32] Les travaux de construction ont probablement été entrepris en réponse à la menace posée à la suite du soulèvement gallois de 1136.[20]

Les tensions avec les Gallois ont continué et en 1158, Ifor Bach a attaqué le château et a pris William en otage pendant une période.[30] Une autre attaque a suivi en 1183.[30] En 1184, des murs de la ville avaient été construits autour de Cardiff et la porte ouest de la ville a été construite dans l'espace entre le château et la rivière.[33] Guillaume mourut en 1183, laissant trois filles. L'une d'elles, Isabel, comtesse de Gloucester, a été déclarée seule héritière du domaine par Henri II. Cela était contraire à la coutume légale en Angleterre, et a été fait pour qu'Henry puisse ensuite la marier à son plus jeune fils, le prince Jean, et lui fournir ainsi de vastes terres.[34] John a divorcé plus tard d'Isabelle, mais il a conservé le contrôle du château jusqu'à ce qu'elle épouse Geoffrey de Mandeville en 1214.[35]

À la mort d'Isabel en 1217, le château passa par sa sœur à Gilbert de Clare, devenant une partie de l'Honneur de Claire, un groupe important de domaines et de fortifications dans l'Angleterre médiévale.[36] Le château formait le centre du pouvoir de la famille dans le sud du Pays de Galles, bien que les de Clare préféraient généralement résider dans leurs châteaux de Clare et de Tonbridge.[37] Le fils de Gilbert, Richard de Clare, 6e comte de Gloucester, a effectué des travaux de construction au château à la fin du 13e siècle, en construisant la tour noire qui fait partie de la porte sud que l'on voit aujourd'hui.[38] Au rez-de-chaussée, la tour contenait les chambres Stavell Oged et Stavell Wenn, avec trois chambres construites au-dessus d'elles.[38] Richard était aussi probablement responsable de la reconstruction des murs nord et est de la cour intérieure en pierre.[39] La cour intérieure était accessible par une guérite du côté est, protégée par deux tours circulaires et appelée plus tard la porte de l'Échiquier.[40] Le travail défensif peut avoir été motivé par la menace posée par le leader gallois hostile Llywelyn ap Gruffudd, prince de Galles.[41]

Le petit-fils de Richard, Gilbert de Clare, le dernier mâle de Clare, est mort à la bataille de Bannockburn en 1314 et le château a été donné à Hugh Despenser le Jeune, le favori controversé d'Edouard II.[30] Les mauvaises récoltes et la dure gouvernance de la famille Despenser ont encouragé une rébellion galloise sous Llywelyn Bren en 1316, celle-ci a été écrasée et Llywelyn a été pendu, traîné et écartelé au château de Cardiff en 1318 sur les ordres de Hugh.[42] L'exécution a suscité de nombreuses critiques de la part des communautés anglaise et galloise et, en 1321, Hugh a arrêté Sir William Fleminge comme bouc émissaire de l'incident, le détenant d'abord dans la Tour Noire, puis l'exécutant dans le parc du château.[43] Un conflit entre les Despensers et les autres Marcher Lords a éclaté peu de temps après, entraînant le sac du château en 1321 pendant la guerre des Despenser.[30] Les Despensers ont récupéré le château et l'ont conservé pour le reste du siècle, malgré l'exécution de Hugh Despenser pour trahison en 1326.[44] En vertu d'une charte de 1340 accordée par les Despensers, le connétable du château a été nommé maire de facto de Cardiff, contrôlant les tribunaux locaux.[45]

Au XVe siècle, les Despensers utilisaient de plus en plus le château de Caerphilly comme résidence principale dans la région plutôt que Cardiff.[46] Thomas le Despenser a été exécuté en 1400 sur des accusations de complot contre Henri IV.[47] En 1401, la rébellion éclata dans le nord du Pays de Galles sous la direction d'Owain Glyndŵr, se propageant rapidement dans le reste du pays. En 1404, Cardiff et le château furent pris par les rebelles, causant des dommages considérables à la Tour Noire et à la guérite sud.[48] À la mort de Thomas, le château passa d'abord à son jeune fils, Richard, et à sa mort en 1414, par sa fille Isabel à la famille Beauchamp.[47] Isabel épousa d'abord Richard de Beauchamp, comte de Worcester, puis, à sa mort, avec son cousin Richard de Beauchamp, comte de Warwick, en 1423.[47]

Richard n'a pas acquis le château de Caerphilly dans le cadre du règlement du mariage, alors il a plutôt entrepris de réaménager Cardiff.[49] Il construisit une nouvelle tour à côté de la Tour Noire en 1430, restaura la passerelle et étendit les défenses de la motte.[50] Il a également construit une nouvelle gamme domestique substantielle dans le sud-ouest du site entre 1425 et 1439, avec une tour centrale octogonale de 75 pieds (23 m) de haut, arborant des mâchicoulis défensifs et comportant quatre tourelles polygonales plus petites faisant face à la cour intérieure. [51] La gamme a été construite en pierre de taille de Lias avec du calcaire utilisé pour certains des détails, placé sur les bases d'éperons caractéristiques du sud du Pays de Galles et a incorporé des parties des murs plus anciens des 4e et 13e siècles.[52] Les bâtiments ont été influencés par des travaux similaires au siècle précédent au château de Windsor et façonneraient à leur tour les rénovations des châteaux de Newport et de Nottingham. La tour octogonale a des liens architecturaux avec la tour de Guy, construite à peu près à la même époque dans le château de Warwick. Un jardin de fleurs a été construit au sud de la chaîne, avec un accès privé aux chambres de Richard.[54] Richard a également reconstruit les défenses plus larges de la ville, y compris un nouveau pont de pierre sur la rivière Taff gardé par la porte ouest, achevant les travaux en 1451.[55]

Le château de Cardiff est resté entre les mains du fils de Richard, Henry et la fille d'Henry, Anne jusqu'en 1449.[47] À la mort d'Anne, il passa par mariage à Richard Neville, qui le conserva jusqu'à sa mort en 1471 pendant la période de guerre civile connue sous le nom de Guerres des Roses.[47] Au fur et à mesure que le conflit progressait et que les fortunes politiques montaient et tombaient, le château passa de George, le duc de Clarence, à Richard, duc de Gloucester, à Jasper Tudor, le duc de Bedford, de nouveau à la femme de Richard Neville Anne, de nouveau à Jasper et enfin au prince Henri, le futur Henri VIII.[56] L'ascension de la dynastie Tudor sur le trône d'Angleterre à la fin des guerres annonce un changement dans l'administration du pays de Galles. Les Tudors étaient d'origine galloise et leur domination a facilité les hostilités entre les Gallois et les Anglais. En conséquence, les châteaux défensifs sont devenus moins importants.[57] En 1495, Henri VII a formellement révoqué le statut de territoire de Marcher du château de Cardiff et des territoires environnants, les plaçant sous le droit anglais normal en tant que comté de Glamorgan.[58]

La Couronne a loué le château à Charles Somerset en 1513. Charles l'a utilisé alors qu'il vivait à Cardiff.[59] En 1550, William Herbert, plus tard comte de Pembroke, acheta alors le château de Cardiff et les domaines environnants à Edouard VI.[60] La cour extérieure contenait une gamme de bâtiments à cette époque, et d'importants travaux de construction ont été effectués au cours du siècle.[61] Le Shire Hall avait été construit dans la cour extérieure, faisant partie d'un complexe de bâtiments fortifiés qui comprenait les logements des douze détenteurs traditionnels des terres des gardes du château.[62] La cour extérieure comprenait également des vergers, des jardins et une chapelle.[63] Le château a continué à être utilisé pour détenir des criminels au cours du XVIe siècle, la Tour Noire étant utilisée comme prison pour les détenir, l'hérétique Thomas Capper a été brûlé au château sur les ordres d'Henri VIII.[64] L'antiquaire en visite John Leland a décrit le donjon comme "une grande chose et forte, mais maintenant en ruine", mais la Tour Noire était considérée comme en bon état.[65] Dans la cour intérieure, les Herbert ont construit une extension élisabéthaine à l'extrémité nord de la chaîne principale, avec de grandes fenêtres donnant sur un nouveau jardin nord, le jardin sud a été remplacé par un potager.[66]

En 1610, le cartographe John Speed ​​a produit une carte du château et a noté qu'il était "grand et en bon état".[67] En 1642, cependant, une guerre civile a éclaté entre les partisans royalistes rivaux du roi Charles Ier et le Parlement. Le château de Cardiff appartenait alors à Philip Herbert, un parlementaire modéré, et le château était initialement détenu par une garnison pro-royaliste. Elle a été prise par les forces parlementaires au début de la guerre, selon la tradition populaire par une attaque sournoise utilisant un passage secret.[68] Le commandant royaliste William Seymour, marquis de Hertford, attaqua ensuite le château à son tour, le prenant dans un assaut surprise. Les forces parlementaires et les troupes locales ont alors immédiatement assiégé le château, le reprenant après cinq heures de combat et réinstallant une garnison.[69] Au début de 1645, M. Carne, le haut shérif, s'est rebellé contre le Parlement, prenant la ville de Cardiff mais échouant initialement à s'emparer du château.[69] Le roi a envoyé des forces d'Oxford, sous le commandement de Sir Charles Kemys, pour renforcer Carne, mais le Parlement a envoyé un escadron naval pour fournir un soutien à leurs forces depuis la mer.[69] Une petite bataille s'ensuivit avant que le château ne soit pris par les royalistes.[70]

Avec l'aggravation de la position militaire royaliste à travers le pays, le roi Charles lui-même est venu au château de Cardiff en juillet pour rencontrer les dirigeants gallois locaux.[71] Les relations entre son commandant dans la région, Sir Charles Gerard, et les habitants de Glamorgan s'étaient gravement détériorées et lorsque Charles quitta le château, il fut confronté à une petite armée de locaux en colère, exigeant de prendre le contrôle du château.[71] Ces hommes de club se sont ensuite déclarés « l'armée pacifique » et ont augmenté leurs exigences pour inclure la quasi-indépendance de la région.[72] Après des négociations, un compromis a été trouvé dans lequel la garnison royale quitterait le château, pour être remplacée par une force locale Glamorgan, commandée par Sir Richard Beaupré en retour, 800 £ et une force de mille hommes ont été promis à Charles. ] En septembre, Charles est retourné dans le sud du Pays de Galles et est revenu sur l'accord, en dissolvant l'armée pacifique, mais sa position militaire dans la région s'effondrait.[73] Les chefs de l'Armée pacifique ont changé de camp et forcé la reddition de Cardiff et du château au Parlement à la mi-septembre.[73]

Avec le déclenchement de nouveaux combats en 1648, une armée royaliste de 8 000 nouvelles recrues a été rassemblée sous le commandement du général Rowland Laugharne et de Sir Edward Stradling, avec l'intention de reprendre Cardiff.[74] Les forces parlementaires à Brecon sous le commandement du colonel Thomas Horton se sont déplacées rapidement pour renforcer le château, bien qu'avec seulement 3 000 hommes, elles se soient contentées d'attendre qu'une plus grande armée dirigée par Oliver Cromwell puisse arriver de Gloucester.[74] Avec le temps contre eux, l'armée royaliste a attaqué, menant à la bataille de St Fagans juste à l'ouest de Cardiff, et à une lourde défaite royaliste.[75]

Après la guerre, le château de Cardiff a échappé à l'offense, ou aux dommages et à la destruction délibérés, qui ont affecté de nombreux autres châteaux.[76] Probablement à cause de la menace d'une invasion pro-royaliste par les Écossais presbytériens, une garnison parlementaire a été installée à la place et le château est resté intact.[76] Les Herbert ont continué à posséder le château en tant que comtes de Pembroke, à la fois pendant l'interrègne et après la restauration de Charles II.[77] Le connétable du château a continué à agir en tant que maire de la ville de Cardiff, contrôlant les réunions des bourgeois, des huissiers et des échevins de la ville.

Lady Charlotte Herbert était la dernière de la famille à contrôler le château de Cardiff.[77] Elle s'est mariée deux fois, dernièrement à Thomas, vicomte Windsor et à sa mort en 1733, le château passa à leur fils, Herbert.[77] La fille d'Herbert, Charlotte Jane Windsor, épousa John Stuart, qui devint le marquis de Bute, commençant une lignée familiale qui contrôlerait le château pour le siècle suivant.[77]

En 1776, le marquis a commencé à rénover la propriété avec l'intention de la transformer en résidence pour son fils, John.[79] Les terrains ont été radicalement modifiés dans le cadre d'un programme de travail impliquant Capability Brown et son gendre, Henry Holland.[80] Le mur de pierre qui séparait les coursives intérieure et extérieure a été détruit à l'aide de poudre à canon, le Shire Hall et les maisons des chevaliers dans la cour extérieure ont été détruits et le sol restant partiellement aplati, l'ensemble de la zone a été recouvert de gazon.[81] Des travaux considérables ont été effectués sur les logements principaux, démolissant les ajouts Herbert, construisant deux nouvelles ailes et supprimant bon nombre des éléments plus anciens pour produire un aspect plus contemporain du XVIIIe siècle.[82] Le donjon et la motte ont été dépouillés du lierre et des arbres qui les avaient poussés, et un chemin en spirale a été tracé autour de la motte.[83] Les douves de la motte ont été comblées dans le cadre de l'aménagement paysager.[84] Une maison d'été a été construite dans le coin sud-est du château.[83] D'autres travaux ont été prévus sur la propriété, y compris une proposition signalée de toiture du donjon en cuivre, d'insérer de nouvelles fenêtres et de le transformer en une salle de réunion pour les danses, mais ces projets ont été interrompus par la mort du fils du marquis en 1794.[82]

En 1814, le petit-fils de Lord Bute, John, hérita de son titre et du château. En 1825, le nouveau marquis a commencé une série d'investissements dans les quais de Cardiff, un programme de travaux coûteux qui permettrait à Cardiff de devenir un important port d'exportation de charbon.[85] Bien que les Docks n'aient pas été particulièrement rentables, ils ont transformé la valeur des intérêts miniers et fonciers des Butes, rendant la famille immensément riche.[86] En 1900, le domaine familial possédait 22 000 acres (8 900 ha) de terres à Glamorgan.[87]

Le deuxième marquis préférait vivre sur l'île de Bute en Écosse et n'utilisait le château de Cardiff qu'occasionnellement.[88] Le château a vu peu d'investissements et seuls quatre serviteurs à temps plein étaient maintenus sur les lieux, ce qui signifie que les aliments cuits devaient être apportés en face des cuisines d'un hôtel voisin.[89] Le château est cependant resté au centre de la base du pouvoir politique des Butes à Cardiff, leur faction étant parfois appelée « le parti du château »[90]. Au cours des violentes manifestations de l'Insurrection de Merthyr de 1831, le marquis s'est installé au château de Cardiff, d'où il a dirigé les opérations et tenu Whitehall au courant des événements en cours.[91] La gouvernance de la ville de Cardiff a finalement été réformée par une loi du Parlement en 1835, introduisant un conseil municipal et un maire, coupant le lien avec le connétable du château.[92]

Le troisième marquis de Bute, encore appelé John, hérita du titre et du château en 1848.[93] Il avait alors moins d'un an et, en grandissant, il en vint à mépriser le château existant, estimant qu'il représentait un exemple médiocre et sans conviction du style gothique.[94] Bute a engagé l'architecte William Burges, pour entreprendre le remodelage du château. Les deux partageaient une passion pour le renouveau gothique médiéval et cela, combiné aux énormes ressources financières de Bute, a permis à Burges de reconstruire la propriété à grande échelle. Burges a amené avec lui presque toute l'équipe qui l'avait soutenu sur des projets antérieurs, y compris John Starling Chapple, William Frame et Horatio Lonsdale.[95] La contribution de Burges, en particulier ses recherches sur l'histoire du château et son imagination architecturale, a été essentielle à la transformation.[96]

Les travaux ont commencé sur la maturité de Bute en 1868 avec la construction de la tour de l'horloge de 150 pieds (46 m) de haut.[97] La tour, construite dans la pierre de taille caractéristique de Burges, la forêt de Dean, formait une suite de pièces de garçon, comprenant une chambre, une chambre de serviteur et les fumoirs d'été et d'hiver.[97] Extérieurement, la tour était une refonte d'une conception que Burges avait précédemment utilisée lors d'un concours infructueux pour la Royal Courts of Justice de Londres. À l'intérieur, les pièces étaient somptueusement décorées de dorures, de gravures et de dessins animés, dont beaucoup de style allégorique, représentant les saisons, les mythes et les fables.[98] Dans son A History Of The Gothic Revival, écrit lors de la construction de la tour, Charles Locke Eastlake a parlé des « talents particuliers (et) de la fantaisie luxuriante de Burges ». haut avec un balcon interne qui, à travers une bande ininterrompue de fenêtres, donnait sur les quais de Cardiff, le canal de Bristol et la campagne de Glamorgan. Le sol avait une carte du monde en mosaïque. La sculpture a été créée par Thomas Nicholls.[100]

Au fur et à mesure que le reste du château se développait, les travaux progressaient le long du reste de la gamme du XVIIIe siècle, y compris la construction de la tour des invités, de la salle arabe, de la salle Chaucer, de la pépinière, de la bibliothèque, de la salle de banquet et des chambres à la fois pour le seigneur et Dame Bute.[95] Dans le plan, le nouveau château suivait d'assez près l'agencement d'une maison de campagne victorienne standard. La tour Bute comprenait la chambre de Lord Bute et se terminait par un autre point culminant, le jardin sur le toit, avec une sculpture de la Vierge à l'enfant de Ceccardo Fucigna. La chambre de Bute contenait une vaste iconographie religieuse et une salle de bains privative. Viennent ensuite la tour octogonale, comprenant un oratoire, construit à l'endroit où le père de Bute est mort, et la salle Chaucer, dont le toit est considéré par l'historien Mark Girouard comme un « superbe exemple du génie de Burges »[101].

La partie centrale du château comprenait une salle de banquet à deux étages, avec la bibliothèque en dessous. Les deux sont énormes, ce dernier détenant une partie de la vaste bibliothèque du bibliophile Marquis. Les deux comprenaient des sculptures et des cheminées élaborées, celles de la salle de banquet représentant le château lui-même à l'époque de Robert, duc de Normandie.[102] La décoration ici est moins impressionnante qu'ailleurs dans le château, car une grande partie a été achevée après la mort de Burges par Lonsdale, un peintre moins talentueux.[101] La salle arabe de la tour Herbert reste cependant l'un des chefs-d'œuvre de Burges. Son plafond en gelée de style mauresque est particulièrement remarquable. C'était cette pièce sur laquelle Burges travaillait quand il est mort et Bute a placé les initiales de Burges, et les siennes, et la date de 1881 dans la cheminée comme mémorial.[103] La partie centrale du château comprenait également le Grand Escalier, enregistré dans une perspective à l'aquarelle préparée par Axel Haig.[104]

Les intérieurs de Burges au château de Cardiff ont été largement salués. L'historienne Megan Aldrich les considère parmi "les plus magnifiques jamais atteints par le renouveau gothique", J. Mordaunt Crook les a décrits comme des "passeports tridimensionnels vers des royaumes féeriques et des royaumes d'or", et John Newman les loue comme "le plus réussi de tous les châteaux fantastiques de le XIXe siècle. »[105] L'extérieur du château, cependant, a reçu un accueil plus mitigé de la part des critiques. Crook admire la silhouette bigarrée et romantique du bâtiment, mais l'architecte John Grant les considérait comme une "combinaison pittoresque sinon heureuse" de styles historiques variés, et Adrian Pettifer les critique comme "incongrus" et de style excessivement gothique.[106]

Des travaux ont également été effectués sur le terrain du château, l'intérieur étant encore aplati, détruisant une grande partie des vestiges archéologiques médiévaux et romains.[107] En 1889, les travaux de construction de Lord Bute ont mis au jour les vestiges de l'ancien fort romain pour la première fois depuis le XIe siècle, ce qui a conduit à des recherches archéologiques en 1890.[9] De nouveaux murs de style romain ont été construits par William Frame sur les fondations des originaux, avec une porte nord romaine reconstruite, et la banque médiévale extérieure a été enlevée autour des nouveaux murs.[108]

Le terrain était abondamment planté d'arbres et d'arbustes, y compris au-dessus de la motte.[83] De la fin du XVIIIe siècle aux années 1850, le parc du château était complètement ouvert au public, mais des restrictions ont été imposées en 1858 et en remplacement, les 434 acres de terrain à l'ouest et au nord du château ont été transformés en Bute Park.[109] À partir de 1868, le parc du château est complètement fermé au public.[108] Des écuries ont été construites juste au nord du château, mais seulement la moitié ont été achevées au XIXe siècle.[110] Le mur des animaux a été construit le long du côté sud du château, décoré de statues d'animaux, et le pont suisse - une combinaison de pavillon d'été et de traversée de rivière - a été érigé sur la rivière par la porte ouest.[111] Cathays Park a été construit sur le côté est du château, mais a été vendu à la ville de Cardiff en 1898.[112]

John, le quatrième marquis, a acquis le château en 1900 à la mort de son père, et les domaines familiaux et les investissements autour du château ont commencé à diminuer rapidement en taille.[113] Cardiff avait énormément augmenté au siècle précédent, sa population passant de 1 870 en 1800 à environ 250 000 en 1900, mais le commerce du charbon a commencé à diminuer après 1918 et l'industrie a souffert pendant la dépression des années 1920.[114] John n'a hérité qu'une partie des domaines Glamorgan de Butes, et au cours des premières décennies du 20e siècle, il a vendu une grande partie des actifs restants autour de Cardiff, y compris les mines de charbon, les docks et les compagnies de chemin de fer, la majeure partie des intérêts fonciers étant finalement vendu ou nationalisé en 1938.[113]

Les travaux d'aménagement du château se poursuivent. Il y a eu une restauration complète de la maçonnerie médiévale en 1921, avec l'architecte John Grant reconstruisant la porte sud et la tour de la barbacane, et reconstruisant la porte ouest médiévale et le mur de la ville le long du château, le pont suisse étant déplacé en 1927 pour faire de la place pour le nouveau développement West Gate.[115] D'autres enquêtes archéologiques ont été menées dans les murs romains en 1922 et 1923, ce qui a conduit Grant à redessiner la porte romaine du nord.[116] La seconde moitié des écuries du château a finalement été achevée.[83] Le mur des animaux a été déplacé dans les années 1920 du côté ouest du château pour enfermer un jardin à thème préraphaélite.[112] Le grand escalier de la gamme principale a été arraché dans les années 1930.[117] Pendant la Seconde Guerre mondiale, de vastes abris antiaériens ont été creusés dans les murs médiévaux, avec huit sections différentes, pouvant contenir jusqu'à 1 800 personnes au total, et le château a également été utilisé pour attacher des ballons de barrage au-dessus de la ville.[118]

En 1947, Jean, le cinquième marquis, hérite du château à la mort de son père et fait face à des droits de succession considérables.[119] Il a vendu le tout dernier des terres Bute à Cardiff et a donné le château et le parc environnant à la ville au nom des habitants de Cardiff. Le drapeau de la famille a été retiré du château dans le cadre de la cérémonie de remise officielle.[120 ] Le château a été protégé en tant que bâtiment classé de catégorie I et en tant que monument classé.[121]

Le château de Cardiff est maintenant géré comme une attraction touristique et est l'un des sites les plus populaires de la ville.[122] Le château n'est pas entièrement meublé, car les meubles et les accessoires du château ont été enlevés par le marquis en 1947 et ensuite éliminés. ] Le Royal Welsh College of Music and Drama, fondé en 1949, a été installé dans l'enceinte principale du château pendant de nombreuses années, mais a emménagé dans les anciennes écuries du château au nord du château en 1998.[124] Un nouveau centre d'interprétation, qui a ouvert ses portes en 2008, a été construit le long de la porte sud pour un coût de 6,5 millions de livres sterling, et le château contient également "Firing Line", le musée régimentaire conjoint du 1er The Queen's Dragoon Guards et du Royal Welsh.[125 ]

Le château a été utilisé pour une série d'événements culturels et sociaux. Le château a vu diverses performances musicales, notamment de Tom Jones, Green Day et les Stereophonics, avec une capacité d'accueil de plus de 10 000 personnes. Au cours des années 1960 et 1970, le château a été le cadre d'une séquence de tatouages ​​​​militaires.